Secteur agropastoral : plus de 3 500 jeunes à former

C’est dans le cadre Programme d’appui à la formation professionnelle agropastorale et halieutique dont la 17e session du comité de pilotage s’est tenue hier à Yaoundé.

Contribuer à l’emploi des jeunes et à la croissance inclusive et durable des territoires ruraux au Cameroun. Voici le sujet au centre de la 17e session du comité de pilotage du Programme d’appui à la formation professionnelle agropastorale et halieutique, présidée par le ministre de l’Agriculture et du Développement rural (Minader), Gabriel Mbairobe. En effet, le Pcp-Afop est un programme qui opérationnalise l’insertion des jeunes dans les métiers agropastoraux et contribue à la rénovation et au développement de la formation professionnelle dans les secteurs de l’agriculture, de l’élevage et des pêches. Les travaux se sont tenus dans un contexte de recrutement de la sixième promotion des exploitants agricoles dans 88 centres de formation à travers le pays. Selon le Minader, chacune de ces structures doit accueillir 40 jeunes pour une formation de deux ans. 3 520 jeunes sont donc attendus. Ils vont s’ajouter aux 4 696 exploitants agricoles déjà formés.
Au rang des grands enjeux de cette session, la structuration des jeunes formés autour de 114 bassins issus des Journées entrepreneuriales organisées en 2019. « Le programme permet non seulement de consolider et de perfectionner les actions entreprises au cours des périodes antérieures, mais aussi d’accompagner les jeunes dans leurs formations respectives au terme du programme Pcp-Afop, devenu un maillon essentiel d’amélioration du cadre de vie et de création de richesses en milieu rural », a expliqué Gabriel Mbairobe.  
Selon Pierre Blaise Ango, coordonnateur national du Pcp-Afop, le programme qui est dans sa phase de consolidation et de pérennisation amorce un ensemble d’éléments avant de transférer aux structures de l’Etat et au territoire toutes les missions qu’Afop a effectuées. Il est question de perfectionner le dispositif cette année. « 116 jeunes seront recrutés au métier de maître-pêcheur dans les neuf centres de pêche au mois de novembre. Les jeunes installés dans les territoires sont en train d’être structurés en grands bassins de production. Ces bassins enrôlent 1 500  jeunes autour de 15 filières stratégiques dont neuf filières végétales et six filières animales », explique le coordonateur national. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category