Commerce intérieur du bois : un nouveau projet lancé

Officiellement entamé hier à Yaoundé, il s’attèlera à promouvoir et formaliser l’exploitation du bois d’œuvre pour les quatre prochaines années dans deux régions du pays.

Le bois des forêts camerounaises devrait être exploité de manière à contribuer aussi bien au développement des communes pourvoyeuses qu’au développement de l’économie camerounaise. Dans les travaux de construction, pour l’ameublement ou pour tout autre service, le commerce intérieur du bois d’œuvre devra s’intensifier. C’est le travail que devra mener, ces quatre prochaines années, le projet de Promotion et de formalisation de l’exploitation artisanale du bois d’œuvre en Afrique centrale (Profeaac). Officiellement lancé hier à Yaoundé, ce projet bénéficie d’une enveloppe de 5 000 000 euros, soit un peu plus de 3 milliards de F, allouée par l’Agence française de Développement, le Centre international de recherche forestières, l’agence allemande de développement et d’autres partenaires techniques et financiers du Cameroun. 
De manière concrète, « le Profeaac devra œuvrer à approvisionner le marché intérieur avec du bois produit et transformé localement. Nous irons sensibiliser les sources d’approvisionnement dans les communes de Mindourou à l’Est et de Dzeng dans le Centre, mais aussi, les marchés de consommation dans les grandes villes », explique le coordonateur du  Profeaac, Guillaume Lescuyer. Il devra pouvoir compter sur l’appui du Minfof pour qui ce projet vient renforcer la gouvernance forestière locale. «  Le Profeaac vient en appui à d’autres projets en cours, visant à fournir le marché interne en bois local. A la seule différence qu’en plus d’intensifier la commercialisation, il s‘attèlera à la formaliser et la rationnaliser de manière à faire profiter durablement le commerce du bois au Cameroun », assure le secrétaire général du ministère, Joseph Nyongwen
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category