Coronavirus : comment le Cameroun s’organise

Il n’est plus très loin, ce redoutable Coronavirus. Il a déjà fait près de 3000 morts,  plus de 85 000 malades dans près de 60 pays. Depuis le 28 février dernier, un cas a été confirmé au Nigeria voisin. C’est le premier en Afrique subsaharienne. Le Cameroun partageant une longue frontière avec ce pays, le temps de l’actualisation et du renforcement du dispositif de riposte semble avoir sonné. D’autant plus que le premier porteur du virus au Nigeria est un étranger. Il s’agit en effet, d’un Italien travaillant à Lagos. Revenu de Milan le 25 février, ce dernier a été hospitalisé après avoir été testé positif au Coronavirus dans cette ville nigeriane. Selon le ministre nigerian de la Santé, « le patient est dans un état clinique stable et ne présente pas de symptômes inquiétants. » Ce n’est pas pour autant que les pays voisins doivent croiser les bras. L'Organisation mondiale de la Santé appelle tous les pays encore épargnés à se préparer à l'arrivée du Covid-19, avertissant que se croire à l'abri de la maladie, serait une « erreur fatale ». C’est dans cette optique que CT a approché le ministre de la Santé publique, Dr Manaouda Malachie afin d’en savoir plus sur le dispositif de riposte.

 

 

Monsieur le ministre, un cas de Coronavirus a été confirmé au Nigeria voisin. Le ministère de la Santé prend-il la menace au sérieux?

C'est désormais une préoccupation au regard de l'étendue de notre frontière avec le Nigeria. Nous avons des informations des autorités nigérianes et de l'OMS qui rassurent quant au dispositif mis en place pour contenir ce cas et le juguler. Nous avons déjà un dispositif qui a été éprouvé ces derniers jours à cause d’un cas suspect à Maroua. Il s'agissait d'une américaine qui était passée par l'Italie. Elle avait commencé à faire de la fièvre et des prélèvements ont été faits. Heureusement, ce cas s'est avéré négatif après les tests effectués au Centre Pasteur.

Justement, quel est le dispositif mis en place par le Cameroun pour faire face à ce redoutable virus?

Nous avons un dispositif permanent en place. Nous avons aussi un personnel de détection rapide qui a été mobilisé. L'accent a été mis sur une surveillance active au niveau de nos frontières terrestres et maritimes. Depuis vendredi, nous sommes en contact avec nos collaborateurs des régions frontalières du Nigeria pour qu’ensemble, nous renforcions le dispositif en place. Dans les détails, lorsque vous arrivez à l'aéroport de Yaoundé Nsimalen par exemple, vous êtes scrutés pendant au moins cinq minutes avec une caméra thermique qui analyse votre température. Question de savoir si elle est normale. En plus, il y a une fiche de voyage à remplir et qui est remise aux équipes à l'aéroport. Parmi les questions posées, on demande entre autres si le voyageur a séjourné pendant les 14 derniers jours dans une ville touchée par le Coronavirus. Si la réponse est affirmative, des précisions sont demandées et à la remise de la fiche, la personne est gardée. Si elle a une forte fièvre, elle est conduite dans une salle d'isolement où la prise en charge commence, avant son transfert à l'Hôpital central. Nous sommes en train de nous organiser pour la mise en quarantaine d'une population plus grande. Tout un avion par exemple. Au-delà, des thermo flash, des équipements individuels et un ensemble de logistiques ont été déployés aux frontières. Dès ce lundi, des kits de prélèvement seront dispatchés dans les régions et les ressources humaines y seront renforcées. Nous aurons aussi dans chaque région, une formation sanitaire capable de prendre en charge les cas de Coronavirus.

Pensez-vous déjà à filtrer les entrées parce que le Nigeria a un cas aujourd'hui parce la personne venait d'Italie...

Pour l'instant, la question de la restriction des visas d'entrée n'est pas encore à l'ordre du...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category