Kribi : haro sur le tourisme sexuel

Mercredi dernier le ministre de la Promotion de la femme et de la Famille a exhorté les femmes et les jeunes filles de la cité balnéaire à résister à la prostitution


Les grossesses précoces, les maladies et autres infections sexuellement transmissibles et la déscolarisation sont, entre autres, les fléaux qui minent la ville de Kribi. Des jeunes filles mères dont l’âge varie entre 15 et 18 ans, on en trouve dans plusieurs familles. L’alcool, la drogue et les autres substances illicites entraînent alors ces jeunes dames à la prostitution. Un constat qui n’honore pas la femme.
Dans le cadre des manifestations marquant la célébration de la 35e édition de la Journée internationale de la femme au Cameroun, le ministre de la Promotion de la femme et de la Famille (Minproff), Marie Thérèse Abena Ondoa, a profité de son séjour le 26 février derier dans la cité balnéaire pour saisir le taureau par les cornes. Kribi, ville touristique, ouverte sur le monde et abritant de grands projets, est exposée aux dangers qui guettent particulièrement les femmes et les jeunes filles. Pour éviter le pire, le Minproff a invité les parents à se recentrer sur le rôle capital qu’ils ont à jouer dans l’encadrement et la protection de leurs en...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category