Sommet France-Afrique, projets BAD : concertations au Minepat

Le ministre en charge de l’Economie a reçu hier la secrétaire générale de l’édition 2020 du Sommet et une délégation de la banque panafricaine.

Le ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat), Alamine Ousmane Mey a reçu hier en audience, Stéphanie Rivoal, secrétaire générale du  Sommet Afrique-France. L’hôte du Minepat a indiqué à la presse qu’elle était venue parler du Sommet qui se tiendra en juin prochain à Bordeaux. Cette rencontre qui va réunir pour la première fois, outre les chefs d’Etat, des entreprises privées, des organisations de la société civile tournera autour de la thématique de « la ville durable ».  Stéphanie Rivoal s’est dit déjà satisfaite de la forte présence annoncée du pays. « Tout ce monde pourrait tirer profit des opportunités de financement qui seront présentes à ce sommet », explique-t-elle. Les deux personnalités ont affirmé que ce Sommet sera celui du concret, celui des projets réalisés ensemble entre le Cameroun et la France.  Les autres pays d’Afrique ne seront pas reste. L’on retient également que l’idée de cette rencontre c’est d’avancer ensemble  dans la construction des villes africaines.  « Que la vie dans la ville soit agréable, l’accès aux services essentiels à savoir : l’eau, l’électricité et le logement sans oublier la mobilité, l’accès à l’emploi pour la jeunesse. Le but final étant de créer des partenariats franco-africains, africano-africains aussi », a souligné la SG du 28e sommet France-Afrique.
Dans la même matinée, des membres d’une mission d’information du conseil d’administration de la Banque africaine de développement  (BAD) qui séjourne au Cameroun  ont également eu un entretien avec le Minepat. Freddy Matungulu, administrateur de la BAD pour le Cameroun et d’autres pays d’Afrique centrale, et chef de ladite délégation a expliqué qu’ils s’organisent chaque année pour passer dans les pays membres afin de s’entretenir directement avec les autorités sur le développement socio-économique de leur différents pays. Il est question pour cette mission, jusqu’au 7 mars prochain, de comprendre les problèmes auxquels est confronté le Cameroun.
Ainsi les hôtes du Minfi lui ont posé un certain nombre de questions sur le niveau d’endettement du pays, de la croissance, le portefeuille des projets développés ainsi que leur évolution. A ces sujets, le Minepat a indiqué que le taux de croissance tournait autour de 4,1% au Cameroun. Pour ce qui est de la dette, elle se situe à 38% du produit intérieur  brut. Pas de quoi s’inquiéter selon lui, puisque cette dette est loin en deçà de la norme préconisée par le Communauté économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale Cemac). « Tout est mis en œuvre pour contrôler le niveau d’endettement de manière à ce que cela ne porte pas atteinte aux objectifs du pays », a-t-il conclu. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category