Ports d’Afrique de l’Ouest et du Centre : objectif : la compétitivité internationale

Objectif des sessions des comités techniques de l’AGPAOC ouvertes à Douala le 3 mars dernier.

Des organes de l’Association de gestion des ports d’Afrique de l’Ouest et du Centre (AGPAOC) sont en assises à Douala depuis le 3 mars 2020 et ce jusqu’à demain. En effet, la cité économique camerounaise abrite les travaux des comités techniques statutaires Finances et études économiques (FEE) et Affaires administratives et juridiques (AAJ). Près de 80 délégués issus de dix pays prennent part à ces sessions : Cameroun, Gabon, Côte d’Ivoire, Ghana, Sierra Leone, Angola, Gambie, Togo, Congo, Nigeria.
La rencontre a été ouverte par Cyrus Ngo’o, directeur général du Port autonome de Douala (PAD), qui a rappelé l’un des défis majeurs de l’AGPAOC : « La nécessité pour les ports de s’adapter aux nouvelles stratégies des armateurs, caractérisées par le gigantisme des navires, la diminution du nombre de liaisons de navires dans les ports et l’augmentation significative des volumes embarqués qui en découle. C’est sans doute pour s’adapter à cette nouvelle donne que plusieurs ports de la côte ouest-africaine ambitionnent de se positionner comme ports d’éclatement en développant des services de transbordement. »
La question du transbordement sera justement l’un des sujets au cœur des échanges des comités techniques. Il sera question de proposer aux ports de l’Association la stratégie idoine à mettre en œuvre pour mener leurs projets à bien. Autre sujet, le guichet unique portuaire, un outil stratégique et opérationnel de facilitation du transit portuaire des marchandises. A cet effet, Jean-Marie Koffi, secrétaire général de l’AGPAOC, explique : « Aujourd’hui, les ports sont en train de se digitaliser. L’action humaine se réduit pour plus d’efficacité. Et donc, nous avons sollicité l’Alliance africaine du commerce électronique pour faire un exposé sur les aspects juridiques. C’est pour lever toutes les difficultés inhérentes à l’application de ce système, de sorte à le faire épouser par les ports membres la digitalisation qui va booster notre compétitivité au niveau sous régional. » L’étude de la réforme des textes organiques de l’Association est également inscrite au programme des assises qui s’achèvent vendredi.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category