Economie

Couches jetables : le marché sécurisé

Un peu plus d’un an après l’interdiction de la commercialisation de certaines marques, la plupart de ces produits sont de nouveau autorisés après des contrôles stricts.


12 février 2019. Interdiction provisoire par le ministre du Commerce de la commercialisation des couches jetables importées sur le marché camerounais. Il était question de s’assurer dans un premier temps de leur conformité et de leur non dangerosité pour les utilisateurs, suite à une alerte donnée par l’Anor. Après des analyses réalisées par le Laboratoire national de contrôle de qualité des médicaments et d’expertise (Lanacome), des certificats de conformité vont être progressivement délivrés aux marques. Elles peuvent alors retrouver les étals. Un peu plus d’un an après, l’activité a repris de plus belle. Ce mercredi 18 mars, un tour effectué dans certaines boutiques des marchés et dans les supermarchés de Yaoundé, a permis de constater une multiplicité de marques. Au plus grand bonheur des commerçants mais surtout des consommateurs. « Nous avons une cinquantaine de marques sur le marché. Tout le monde trouve son compte. On en vend en gros, mais aussi en détail. Et nous faisons de bonnes affaires», explique un vendeur au marché Mokolo. « Si avant, on accourait pour utiliser ces couches pour diverses raisons, désormais on est davantage motivés à les utiliser parce que désormais on a l’assurance qu’elles sont de bonne qualité. », témoigne Mireille T., rencontrée dans une boutique de layette de ce marché. Une autre avoue avoir eu une mauvaise expérience avec les couches lavables, du coup elle a opté pour les jetables. « J’ai eu des ampoules aux doigts pendant longtemps et je me réjouis du fait que les couches jetables soient à nouveau autorisées et vendues à moindre coût. Avec 1 000 F, tu peux te procurer un paquet de couches», assure-t-elle
Sur les étals, diverses marques s’affichent, en effet. Elles sont aussi diversifiées que les prix, « de 1 000 F à 20 000 F en fonction de l’origine, du poids de l’enfant et des moyens de tout potentiel client », souligne Jean Kom, responsable du rayon layette dans un supermarché de la place. L’activité de ventes des couches est tellement rentable que même les vendeurs ambulants s’y sont mis. Elles se vendent à partir de 100 F l’unité. Il faut tout de même dire que ce moyen de ventes est interdit. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps