Sangmelima : l’Hôpital de référence paré

Aucun cas d’infection au Coronavirus jusque-là déclaré. Et si la situation venait à changer, la structure sanitaire est aujourd’hui prête.

Sangmelima, quartier Bitom, hier matin. En ces premières heures de la journée, un épais voile brumeux enveloppe encore le vaste complexe de l’Hôpital de référence de Sangemelima, lorsqu’un malade arrive, accompagné d’un parent. Première mesure : une séance obligatoire de lavage des mains est imposée à tous, avant que le patient ne soit conduit aux urgences. Quelques minutes après, les personnels de l’hôpital, arrivés en bus-navette, suivent le même rituel avant de regagner, chacun, son lieu de service. Et ce n’est pas tout ! En dehors de la guérite, le lavage des mains se fait aussi à l’accueil et à différents autres endroits, telles que la morgue, la pharmacie et les différentes salles d’attente. « La première mesure que nous avons prise était celle-là », confie le Dr Patrick Sylvestre Bekoule. Le directeur de l’hôpital, à la tête d’une forte équipe de collaborateurs, fait déjà sa ronde. D’une part, pour voir « ses » malades, mais aussi, pour évaluer, avec précision, la mise en œuvre des mesures sanitaires prises par le gouvernement et celles instruites par le ministre de la Santé publique vendredi dernier. 


Read also : Education : de nouveaux établissements dans le secondaire

Après des civilités d’usage, exprimées par des salutations par le coude, le directeur de l’hôpital se fait guide. Direction : le tout nouveau pavillon, situé sur l’aile Sud du complexe hospitalier. C’est ici que deux salles, d’une capacité totale de cinquante lits, définie par la prescription gouvernementale, ont été aménagées. « Nous sommes ici dans un bâtiment que nous n’avons jamais utilisé depuis la mise en service de l’hôpital », précise le directeur de l’hôpital de référence. « C’est ici, le pavillon de prise en charge de tout malade qui pourra se présenter chez nous, si les différents tests confirment la maladie », indique Dr Patrick Sylvestre Bekoule. Chacune des deux salles a été désinfectée, rafraîchie par une couche de peinture nouvelle, aménagée par des lits et meubles d’hôpitaux et équipée   


Read also : Yaoundé : deux nouveaux cas de poliomyélite notifiés

La ville de Sangmelima, voire l’ensemble du département du Dja-et-Lobo, s’est effectivement mise dans la mouvance de la lutte contre le coronavirus. Au-delà des incessants appels adressés aux populations en vue de l’observation des mesures édictées par le gouvernement et par l’Organisation mondiale de la santé, des dispositions pratiques ont été prises pour faire face au cas où.


Read also : Entrée à la Gendarmerie nationale : ça se bouscule

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category