Financement du budget : l'Etat cherche 220 milliards

Une opération de levée de fonds sur le marché monétaire sera organisée en trois phases dès le 8 avril prochain.

220 milliards de F. C'est le montant global que l'Etat du Cameroun, via le Trésor public, souhaite mobiliser sur le marché monétaire.  Ce sera via l'émission des Obligations du Trésor assimilables (OTA). Objectif,  finaliser ou réaliser des projets dans quatre grands domaines afin, entre autres,  d'améliorer les conditions de vie des populations. En effet,  les projets visés par cette levée de fonds sont l'aménagement et la réhabilitation des routes (63,2 milliards), l'eau et l'énergie (38,3 milliards). Les équipements sanitaires et d'autres projets prioritaires de santé comme la barrière sanitaire contre le covid-19 bénéficieront de 45 milliards de F. Les infrastructures sportives engloutiront 73, 5 milliards sur les 220 à collecter auprès des structures spécialisées. 
Pour ce qui est de la mobilisation desdits fonds, trois émissions d'OTA seront organisées, la première étant prévue le 8 avril prochain. Il s'agira alors de lever 50 milliards de F pour une maturité de deux ans (les remboursements commenceront en 2022 avec 3,5% d'intérêt). La deuxième émission portera sur un montant de 70 milliards pour une maturité de trois ans et 4% d'intérêt.  Remboursable au bout de cinq ans à un taux d'intérêt de 5, 7%, la troisième émission d'OTA servira à mobiliser 100 milliards de F. 
Les 220 milliards à mobiliser sont encadrés par la loi de finances pour l'exercice 2020. En effet, ce document de référence a prévu,  pour le financement des projets d'investissement,  le recours aux émissions de titres publics à hauteur de 320 milliards de F. Ces émissions rentrent également dans le cadre de la stratégie d'endettement à moyen terme de l'État pour la période 2020-2022. Sur un besoin femmes 3440 milliards,  le pays devra couvrir 1217 milliards durant l'exercice en cours, tant sur le plan extérieur qu'intérieur. L’Etat est désormais coutumier de cette forme de financement qui d’après le ministre des Finances permet à l’Etat de verser sa quote-part sur les projets cofinancés mais aussi de faire contribuer le marché monétaire au développement du pays, sans parler des délais de remboursement qui sont plus longs contrairement aux emprunts obligataires. 
En 2019, la loi de finances autorisait le Minfi a levé 260 milliards de F pour le financement des projets d’envergure dont ceux du CHAN 2020 et de la CAN 2021, les infrastructures énergétiques, les projets autoroutiers, etc. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category