Société

Bertoua : les vieilles habitudes demeurent

La plupart des commerçants ignorent les instructions gouvernementales et ne prennent pas au sérieux les mesures préventives pour éviter la propagation du Covid-19.

Pendant que certains responsables de supermarchés de la ville de Bertoua prennent des dispositions pour protéger leurs employés et clients, les petits commerçants des grandes places marchandes ignorent les instructions gouvernementales. Un tour effectué samedi dernier dans les marchés de Nkolbikon et de Bertoua II a permis de constater que les habitudes n'ont pas changé. Comme tous les samedis, ces deux grands marchés de la ville grouillent de monde. Les commerçants poursuivent leurs activités comme à l'accoutumée. Clients comme marchands ne respectent pas les règles minimales d'hygiène édictées récemment par le ministre du Commerce. Les vendeurs ne portent ni masques jetables ni gants. Ceux qui n'ont pas de comptoirs continuent de poser leurs marchandises à même le sol.  « Le coronavirus n'est pas encore arrivé dans notre région. Nous ne comptons pas mettre notre business en péril à cause de tout ce qu'on entend là. Qu’on nous laisse tranquille! on cherche notre argent » a déclaré maman Ada, revendeuse au marché de Bertoua II. Dans les poissonneries, c'est toujours le self-service. Des responsables déclarent n'avoir pas assez d'employés pour s'occuper de tous les clients au même moment. 
Pour faire face à ce non respect des instructions données par le Mincommerce, le maire de la ville de Bertoua, Jean Marie Dimbele, est descendu sur le terrain dès lundi pour sensibiliser les commerçants. Quant au respect des prix homologués, pour éviter toute spéculation, depuis vendredi dernier, le délégué régional du Mincommerce pour l'Est, Leopold Essola Ava et ses collaborateurs se sont rendus dans ces marchés pour s'assurer qu'il n'y a pas de dérive. « Nous descendrons tous les jours sur le terrain s'il le faut pour nous assurer de ce que les prix des produits de grande consommation restent inchangés » a-t-il affirmé. 
Du côté des supermarchés, des efforts sont faits par certaines grandes surfaces. A « Pain d'or » par exemple, il y a du désinfectant à l'entrée pour les clients. Les employés arborent gants et des masques jetables pendant les horaires de travail. « Même si cela nous coûte un peu cher, nous avons pris cette initiative pour limiter les risques de contamination de ce dangereux virus. Nous nous devions de prendre des mesures préventives. C'est une obligation sociale. Chacun de nous doit faire attention à sa santé et à celle des autres, » a déclaré Ali Mohamad Zaghlout, responsable du supermarché. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps