Lutte contre le coronavirus : la stratégie gouvernementale se renforce

Extension des laboratoires d’analyse, élargissement du dispositif de prise en charge, transparence dans la communication, sont les axes de l’échange entre le ministre de la Communication et son collègue de la Santé publique avec la presse hier.

Hier à 14 h, l’on dénombrait 75 cas de personnes affectées par la pandémie de coronavirus au Cameroun. La révélation a été faite dans la soirée à l’auditorium du ministère de la Communication par le Dr Manaouda Malachie. Toutefois, le ministre de la Santé publique, dans le cadre de cette conférence de presse conjointe avec son collègue de la Communication, René Emmanuel Sadi, a précisé que dans ces 75 cas, il faut compter une personne décédée, les deux autres récemment annoncées guéries et près de 70 qui « se portent bien ». 
Comme hier, les Camerounais auront désormais droit à des informations sur l’évolution de la pandémie au Cameroun, dans le cadre d’une communication qui sera faite chaque fin de journée par le ministre de la Santé publique, selon les instructions du président de la République. Pour le ministre de la Communication, le gouvernement entend ainsi, par cette voie, non seulement informer en toute transparence les populations sur la situation de la pandémie, mais également démentir les informations erronées sur les réseaux sociaux. 
Sur la capacité de prise en charge du Cameroun face à l’avancée de la pandémie, le ministre de la Santé publique a révélé qu’en plus du Centre Pasteur de Yaoundé, seul laboratoire de référence jusqu’ici sollicité pour les différentes analyses liées au Covid-19, d’autres structures vont bientôt rentrer en action, notamment à Douala, Garoua, Bafoussam et Bamenda. Sur l’accueil des malades, au cas où la capacité des structures actuellement sollicitée pourrait être dépassée, le ministre de la Santé publique a indiqué que des mesures sont en train d’être mises en œuvre avec les maires des villes pour parer à cette éventualité.
Toutefois, les deux membres du gouvernement ont précisé que l’objectif du gouvernement est de circonscrire la propagation de la maladie pour ne pas avoir à déployer de tels moyens. Or, a notamment déploré le ministre de la Communication, de nombreuses populations continuent de faire fi des différentes mesures de restriction prescrites par le président de la République et rendues publique le 17 mars dernier par le Premier ministre, chef du gouvernement. C’est ainsi que de nombreux débits de boisson et autres espaces de loisir continuent d’ouvrir au-delà de 18 h ; des rassemblements de plus de 50 personnes continuent d’être organisés sous divers prétextes ; de nombreux cas d’indiscipline se multiplient en ce qui concerne la régulation des flux dans les marchés et les lieux de commerce ; les surcharges dans les moyens de transport continuent d’être pratiquées ;  de nombreuses personnes rechignent à se laver régulièrement les mains ou à les désinfecter sous de fallacieux prétextes ; plus grave, de nombreuses personnes placées en quarantaine dès leur entrée sur le territoire camerounais, parce qu’en provenance de pays fortement touchés par la pandémie, « ont choisi de rompre leur confinement pour se fondre dans la nature, alors qu’elles étaient déjà contaminées ». Face à tout ceci et « tout en continuant la sensibilisation des populations, le gouvernement passera dès à présent à la phase coercitive, et ceci conformément aux directives du Premier ministre, chef du gouvernement, prises sur très hautes instructions du président de la République », a martelé René Emmanuel Sadi. Sur la communication gouvernementale en rapport avec la pandémie, il a indiqué que celle-ci va prendre en compte l’action des différents ministères et autres administrations impliqués.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category