International

Tchad : expédition punitive contre Boko Haram

L’offensive lancée dimanche par le président Idriss Deby Itno est une riposte à la mort de 98 soldats au cours de la récente attaque de la secte terroriste.

Vêtu d’un treillis militaire bardé de ses attributs de général de corps d’armée, Idriss Deby Itno s’est rendu à Kaïga-Kindjiria, localité située aux confins du Lac-Tchad, à 5 km de la position ennemie où il est allé procéder dimanche au lancement de l’opération « Colère de Bomo » contre Boko Haram. En sa qualité de chef suprême des armées, le président tchadien a présidé à l’occasion un conseil de guerre. Par la suite, il s’est rendu à Nguinguini passer les mêmes instructions et donner le même plan de guerre aux chefs militaires en poste. « Nous devons vaincre le terrorisme pour permettre à nos populations et surtout celles du Lac Tchad de vivre dans la paix (…) C'est tout le sens du combat que mènent nos vaillants soldats contre les illuminés de Boko Haram », a-t-il indiqué. 
En toute assurance, Idriss Deby Itno qui sait pouvoir compter sur la capacité de ses troupes promet d’anéantir Boko Haram. « L'aviation va venir soutenir le secteur n°2. Les autres s'engageront au fur à mesure. Les cinq secteurs sont là. Nous allons en finir avec Boko Haram dans cette zone là. Le moral est très haut, les préparations sont très avancées. Il ne reste plus qu'à se lancer contre Boko Haram, l'attraper et le détruire », a-t-il indiqué. Le chef de l’Etat tchadien qui a pris ses quartiers dans la province du Lac, loin de la capitale Ndjamena, pour superviser personnellement les opérations militaires, a placé les départements de Foulli et Kaya, situés en zone de guerre sous état d'urgence. Il envisage également de déplacer vers l’intérieur du pays toutes les populations situées le long de la frontière avec le Niger et le Nigeria. « Nous partons à la guerre contre Boko Haram. Il y aura des morts, il y aura des blessés. Mais c'est à ce prix que nous pourrons nous protéger et préserver notre stabilité », a-t-il martelé. 
Cette sortie musclée d’Idriss Deby Itno intervient quelques jours seulement après la dernière attaque de Boko Haram à Bomo dans la zone du Lac Tchad qui s’est soldée par 98 morts et 47 blessés dans les rangs de l’armée tchadienne. «Nous avons foi en l'avenir et nous devions tout faire pour débarrasser cette secte Boko Haram de notre pays », a-t-il conclu, sentencieux. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps