Théâtre : feu sur les planches

La journée mondiale dédiée à cet art a été célébrée le 27 mars dernier. Au Musée national à Yaoundé, des acteurs de renom ont donné une représentation.

Les mots sur des maux, comme pour soigner les blessures du Cameroun dues à la crise socio-politique du Nord-Ouest et du Sud-Ouest ou à cette menace planétaire qu’est le Covid-19. Vendredi, sur le perron du Musée national à Yaoundé, huit comédiens et humoristes de renom : Daniel Ndo, Fai Donatus, Alex David Longang, Wirsiy Bernard, Ousmanou Sali, Jacobin Yarro, Marthe Douala Toto et Didier Awana alias Keguegue International. A travers une représentation, ils ont rendu un vibrant hommage au théâtre, vedette du jour. En effet, le 27 mars de chaque année, un point d’honneur est mis sur cet art du spectacle. La mise en scène de cette pièce est signée d’Ambroise Mbia. Compte tenu du contexte sanitaire mondial, seuls quelques personnels du ministère des Arts et la Culture et des médias ont fait office de public. Le respect de la distance de sécurité sur un rayon d’un mètre au moins est appliqué. Avec au premier rang, Christophe Mbida Mindzie, secrétaire général par intérim au Minac, représentant du ministre.
Pour commencer, le message de cette édition 2019 axé sous le thème : « Le théâtre comme sanctuaire » est délivré par Marthe Douala Toto. Les thèmes abordés ici n’ont pas été choisis au hasard. Les différents acteurs surfent à tour de rôle sur des thématiques liées à la paix, le vivre-ensemble et le coronavirus. « Soyons disciplinés, Corona est dehors ! Il faut respecter les prescriptions du gouvernement, en respectant notamment les règles d’hygiène. A savoir, se laver les mains à l’eau coulante avec du savon ou à défaut, se désinfecter les mains avec un gel hydro-alcoolique », lance Keguegue International. 
Avec ce timbre comique et subtil qui lui est propre, Daniel Ndo compte l’histoire d’Enguebe. Il s’agit d’un jeune homme détenteur d’un bar et infecté par le Covid-19. Ce dernier qui n’arrête pas de tousser et de faire de la fièvre lie son malaise à la jalousie de ses frères qui envient son succès. D’ailleurs, il ne croit pas à l’existence de ce virus tueur. « C’est la maladie des Blancs ». Enguebe ne respecte non plus les instructions du gouvernement pour lutter contre cette maladie. « Enguebe tu ne fermes pas ton bar à 18h ? Le coro va te coroniser dans la mort coronaïque ! », lance le comédien sur un ton cocasse. Le comédien saisit l’occasion pour sensibiliser ses compatriotes à adopter les gestes barrières afin de contrer ce virus tueur. Bien avant, une déclaration du Minac sur le théâtre camerounais a été lue par le secrétaire général par intérim.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category