Emballages plastiques non biodégradables : 2,5 tonnes saisies à Ngaoundéré

L’opération menée par les éléments du secteur des douanes de l’Adamaoua a eu lieu le 24 mars dernier à l’entrée nord de la ville au lieu-dit Yala Yarna.

La lutte contre les emballages plastiques non biodégradables se poursuit dans la région de l’Adamaoua. La preuve, 2,5 tonnes de ces produits de moins de 60 microns interdits d’usage ont été saisies le 24 mars dernier par les éléments du secteur des Douanes de l’Adamaoua. C’est à l’entrée nord de la ville de Ngaoundéré plus précisément au lieu-dit Yala Yarna, qu’un camion immatriculé N° 504 AP transportant des ballots d’emballages non biodégradables dissimulés dans les sacs de mil et de haricot est tombé dans les mailles des filets de la douane. En provenance de la région du Nord, le véhicule a été intercepté à 40 km de l’entrée de la ville de Ngaoundéré. « C’est à partir des renseignements sur le terrain que nous avons mené cette action. Ceci afin de lutter contre la circulation des produits prohibé », a confié à la presse Norbert Ahidjo, chef secteur des Douanes de l’Adamaoua. D’après les investigations menées, ces plastiques proviennent des pays voisins et qui entreraient de manière frauduleuse par la ville de Guider au Nord du Cameroun. Ledit camion appartenant à Souley Moussa s’apprêtait à se rendre à Douala avec pour laisser-passer un bordereau de livraison obtenu et signé par un certaine Djamilatou, au nom du Syndicat du réseau professionnel des transporteurs routiers du Cameroun.
Le gouverneur de la région de l’Adamaoua, Kildadi Taguiéké Boukar informé de la situation, a effectué une descente sur le terrain le 25 mars dernier afin de constater cette saisie. « Nous allons davantage implanter la lutte contre cette pratique qui porte atteinte au tissu économique. Ceci en veillant à ce que notre région ne soit pas une passoire des produits contrefaits », a rassuré le gouverneur. Les stocks saisis seront perforés et remis à des structures spécialisées qui détiennent le permis environnemental pour recyclage. Pour l’heure, la délégation régionale de l’Environnement, de la Protection de la nature et du Développement de l’Adamaoua adressé un procès-verbal de constat de l’infraction qui sera ensuite envoyé à la cellule juridique dudit ministère afin d’ouvrir la voie à un contentieux. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category