Contentieux des municipales : l’élection à reprendre à Monatélé

Le Tribunal administratif de Yaoundé a également annulé les opérations de vote dans certains exécutifs municipaux de la région du Centre.

Au cours de l’audience publique du 25 mars dernier, le Tribunal administratif de Yaoundé a annulé les opérations de vote dans 16 bureaux d'Elig-Mfomo, et dans l'un des bureaux de Nkol-Mvé, une localité de Monatélé. La juridiction statuant en premier ressort a alors ordonné la reprise du scrutin dans ces deux circonscriptions électorales de la Lékié-Ouest dans un délai maximal de 60 jours, tel que l’exige la loi. 
A Elig-Mfomo, c'est le candidat du Parti des démocrates camerounais (PDC), Franck Hubert Ateba qui avait saisi cette juridiction. Il accusait le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) et Elections Cameroon (Elecam) d'avoir entaché le scrutin de nombreuses irrégularités. D’où sa demande d’annulation partielle des opérations de vote dans cette circonscription électorale. En ce qui concerne la circonscription électorale de Monatalé, c'est Hugues François Onana, candidat du Rdpc qui avait porté plainte au Rdpc et à Elecam. L’ancien journaliste avait demandé l'annulation partielle des opérations électorales du vote au motif que les voix avaient été mal comptées dans bureau de Nkol-Mvé. Ces deux affaires avaient été sorties du rôle lors de l'audience du mercredi 11 mars 2020, à la demande d’Elecam, pour mieux organiser sa défense. Tout comme celles des candidats du Parti uni pour la rénovation sociale (Purs) dans la commune d’Obala, Fridolin Nké et Pierre Belibi Evouna. Contrairement aux deux premières requêtes, elles ont été rejetées.
Au cours de cette audience, le collège de juges que dirigeait le magistrat hors-hiérarchie, Alexandre Anaba Mbo a également rendu des verdicts instruisant la reprise des élections dans certains exécutifs communaux. C’est ainsi que les recours introduits visant à annuler les élections des adjoints au maire et de certains conseillers municipaux dans les communes de Bot-Makak, dans le Nyong et Kelle, Makenene, dans le Mbam et Inoubou et Mbangassina dans le Mbam et Kim, ont été jugés recevables et partiellement justifiés. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category