Politique

Partis politiques : les habitudes changent avec le Covid-19

La plupart d’entre eux ont dû adapter leur fonctionnement au nouvel environnement sanitaire et aux mesures édictées par le gouvernement.

Hier en mi-journée, c’est un calme plat qui régnait au siège de l’Union nationale pour la démocratie et le progrès (Undp) au quartier Etoa-Meki à Yaoundé. Seuls deux personnels d’appui sont en poste. S’ils sont en conversation, on remarque néanmoins la distance qui les sépare dans la vaste salle de réunion de cette formation politique. Pour le directeur du siège, Peter Kuma Kumbaing, absent au moment de notre passage et joint au téléphone, « nous avons dû adapter le fonctionnement au contexte actuel ». Ainsi donc, conformément aux mesures prescrites par le président de la République et communiquées le 17 mars dernier par le Premier ministre, chef du gouvernement, l’on apprend ainsi que le président national de l’Undp, Maïgari Bello Bouba a saisi les présidents des fédérations départementales pour leur demander « de surseoir à toutes les réunions du parti ».  Ainsi donc, seuls les bureaux de ces instances qui regroupent moins d’une quinzaine de personnes peuvent-ils se réunir. « Nous nous apprêtions à envoyer d’importantes délégations pour assister à l’installation des maires récemment élus dans la région de l’Adamaoua. Nous avons dû suspendre cette action », précise le directeur du siège de l’Undp. En attendant la levée de la mesure du ministre de la Décentralisation et du Développement local qui demandait aux différentes autorités de tutelle de surseoir aux cérémonies d’installation des nouveaux exécutifs municipaux. Dans la région sus-citée, l’Undp a remporté de nombreuses municipalités, dont la mairie de la ville de Ngaoundéré. 
Autre lieu, une ambiance différente : le siège du Comité central du Rdpc au quartier administratif de la capitale. De nombreux véhicules sont visibles dans le parking de cette formation où est placé dans un coin, un seau-robinet avec, à côté, un gel pour le lavage des mains. « C’est le passage obligé lorsque vous arrivez ici », souligne Haboubakar Garba, chef du service des Affaires générales, que l’on présente ici comme « l’homme chargé de mettre en application les mesures d’hygiène dans le cadre de la lutte contre le Covid-19 ». Si la plupart des rédacteurs du journal L’Action, la publication du parti, sont dans la salle de rédaction, le rédacteur en chef, Serge William Fotso, tient néanmoins à préciser qu’il s’agit « d’un jour de bouclage, car nous avons un journal qui doit paraître demain (aujourd’hui, Ndlr). La salle se vide au fur et à mesure que les uns et les autres rendent leurs copies ». Sur le reste du travail, il fait savoir que les nouvelles technologies aidant, « chacun travaille à partir de chez lui et nous restons en contact permanent », précise le principal responsable de la rédaction. Sur les mesures prises, on sait déjà que les militants du Rdpc n’ont pas pu, le 24 mars dernier, célébrer le 35e anniversaire de la naissance de ce parti. Une note du secrétaire général ayant demandé d’y surseoir. Pour le reste, « nous avons acquis des désinfectants, comme des gels hydro-alcooliques à usage personnel », révèle Haboubakar Garba. Il souligne par ailleurs qu’un point d’honneur est mis sur l’entretien courant de certains coins, à l’instar des toilettes, avec une mobilisation permanente du personnel dédié à cette tâche. « Le secrétaire général du Comité central est très regardant là-dessus », prévient-il.
Au quartier Olezoa où se trouve la représentation régionale du Social democratic front (SDF), des affiches de la dernière campagne ayant conduit au double scrutin du 9 février 2020 sont encore visibles. Le silence en ces lieux est « plutôt trompeur », prévient Aloys Parfait Mbvoum, vice-président régional du Centre. « Nous avons suspendu toutes les réunions hebdomadaires du parti au niveau régional. Nous avons fait un ensemble de propositions sur la gestion de la crise », indique-t-il. Au niveau de la représentation régionale du SDF, il fait savoir que, « après la campagne de sensibilisation des militants, le siège va présenter un nouveau visage dès demain (aujourd’hui, Ndlr), avec la disposition de gel hydro-alcoolique à l’entrée pour se désinfecter les mains ». En clair, le Covid-19 est venu réguler les modes de fonctionnement, même au sein des formations politiques.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps