Balance commerciale : le déficit réduit

Le rapport des comptes nationaux publié par l’Institut national de la statistique précise que c’est grâce à une hausse en volume d’exportations observée au cours de cette période.


C’est sans doute l’une des informations à retenir du rapport sur les comptes nationaux du 3e trimestre de 2019 que l’Institut national de la statistique vient de publier. L’amélioration du déficit de la balance commerciale du Cameroun au cours de cette période. Le rapport indique que cette situation a été rendue possible grâce à la hausse du volume des exportations de 11,6% cumulée à la légère contraction des importations de 1,6%. Même si elle reste déficitaire de 6,6% du Pib, cette légère performance est appréciable. 
Dans les détails, le rapport indique pour ce qui est des importations que contrairement à la même période en 2018, les importations des biens et services ont respectivement baissé de 1,7 et 1,4 % contribuant ainsi positivement au PIB de 0,3 et 0,1 points « la baisse des importations globales résulte de celles des demandes en produits de l’industrie chimique, du papier et des autres activités agroalimentaires. Toutefois la forte demande en produits de l’industrie de transformation des produits agricoles, de l’industrie de travail de grains et de fabrication des meubles ont contribué à minimiser la baisse des importations totales », renseigne le rapport de l’Ins. On précise également que hors pétrole, les importations de biens en volume ont baissé de 1,7%. S’agissant des exportations qui ont augmenté au cours de cette période, « cette belle performance est essentiellement imputable aux exportations de biens qui ont évolué de 11,5% contribuant ainsi de 1,5 points à la croissance du PIB. Les exportations de services ont également enregistré une hausse de 11,8% ». Toujours dans ce compartiment, l’amélioration du niveau global des exportations est aussi boostée par les exportations de pétrole brut et de gaz naturel, de bois sciés, des produits d’agriculture industrielle et d’exportation. « Cependant les produits exportés tels que le bois grume, les produits de l’industrie de transformation agricole n’ont pas été favorables à l’entrée des devises dans l’économie nationale.
Le rapport de l’Ins évoque également d’autres aspects de l’économie nationale. Les investissements par exemple. On note au cours de cette période, une baisse du niveau global des investissements. L’économie nationale a enregistré une baisse du niveau de l’investissement de 4,4% imputable principalement à la composante publique. En fait, si l’investissement privé se porte mieux, c’est grâce à la demande croissante des matériels de transport et des investissements dans les bâtiments et travaux publics. Autre information et non des moindres, le ralentissement de l’offre locale causée par la baisse du niveau des activités dans le secteur tertiaire. On relève tout de même un regain de croissance du secteur secondaire (5,0%) et une croissance constante dans le secteur primaire. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category