Education « L’école à la télé » comme elle va

Du primaire ou du secondaire, ils sont nombreux à ne plus manquer des programmes de lundi à vendredi, sur la radio ou la télévision nationale.

Mercredi matin au quartier Emombo à Yaoundé. Avant 8h, Gloria Alexandra Essome, candidate au CEP est déjà installée devant la télévision avec son bloc-note. Ce 8 avril, l’institutrice dispense cours de mathématiques. Essome ne tient plus en place, elle a son ardoise et sa craie entre les mains. C’est sa matière préférée. Elle brûle d’impatience. Sa mère, Claudine Meyong Essome ne la quitte pas des yeux. Bien qu’elle soit passionnée par ce cours, sa fillette est très distraite. « Je suis obligée de rester auprès d’elle. Si je tourne le dos une seule seconde elle va s’occuper à autre chose surtout si ses frères sont là », explique la mère de famille. De bout en bout, la candidate suit le cours. Après 30 minutes, c’est terminé. Pour savoir ce que la jeune fille a retenu, elle est questionnée par sa mère. « La maîtresse nous a montré comment se calcule le prix d’achat, le prix de revient et les frais », explique l’élève. Visiblement, Gloria Essome s’est très vite adaptée au télé-enseignement, au point de redouter la reprise des cours. « Il y a eu une fausse circulaire sur la reprise des cours. Quand je lui ai dit qu’elle retournera à l’école bientôt, elle était très découragée », assure dame Essome. « Je préfère suivre les cours à la télé. La maîtresse est gentille et quand nous répondons bien aux questions, elle nous donne des étoiles », dit la jeune candidate au CEP.
Chez Débora Dorothée Nguimbous, suivre le « L’école à la télé » (nom du programme) est obligatoire. Jeudi matin, après avoir effectué les tâches ménagères, les enfants de dame Nguimbous, en classe de 2nd et de 4e, s’installent dans la salle de séjour. Depuis lundi dernier, de 8h30 à 11h...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category