Culture

Musique : Meiway magnifie le Cameroun

L’artiste ivoirien célèbre la diversité culturelle et le patrimoine touristique du pays dans sa dernière galette musicale intitulée « Tu dis que quoi ».

Envie de passer vos vacances au Cameroun ou de visiter ce pays dit « Afrique en miniature » ? Pas besoin de sites web dédiés au tourisme. L’artiste pluridimensionnel, Meiway, se propose d’être votre guide. Dans son dernier titre intitulé « Tu dis que quoi », extrait de son album « Légende », l’auteur, compositeur et interprète ivoirien magnifie, une fois de plus, le patrimoine culturel du pays des Lions indomptables et invite les uns et les autres à la préservation de l’unité nationale
« Cameroun, l’Afrique en miniature ». Le voyage en décibels s’annonce dès les premières notes. Tourné en deux jours dans les régions du Littoral et de l’Ouest Cameroun, ce clip réalisé par Alpha et Omega Prod est une sorte de carte postale que le « roi du zoblazo » partage avec ses millions de followers. Meiway renouvelle ainsi son amour pour le Cameroun, après « Bami Power » produit en 2013. En un peu plus de cinq minutes, il clame son amour à ce pays d’où est originaire « la femme de sa vie ». Dans le texte, il y va en langues nationales camerounaises (Bamileke et Mendumba notamment) et ivoiriennes. Ceci, paré dans le clip des tenues traditionnelles des quatre aires culturelles du pays. On le retrouve donc en « gandoura » du Septentrion en train de « chasser les bœufs », en « sandja » du Littoral sur les berges du Nkam, en « ndop », se déhanchant dans les Hauts-plateaux de l’Ouest et en « toghu » du Nord-Ouest.  
Bien plus, « Le 13e apôtre » exalte les sites touristiques du pays dans cette chanson qui a fait bien des heureux depuis sa sortie en mars dernier. On y (re)découvre les chutes de la Métché, situées à une dizaine de kilomètres de l’aéroport de Bafoussam. Comment ne pas mentionner les châteaux de l’Ouest qui ont servi de décors à certaines scènes du vidéogramme de « Tu dis que quoi ». 
Parlant même du titre, l’auteur de « Ma folie » s’est inspiré d’une réplique populaire utilisée par les jeunes.  La superstar fait également une fleur à ces derniers et à leur argot, en reprenant des expressions utilisées au quotidien. A savoir : « Je wanda !», « 5 F ne cherche pas son frère ! », « Tu ndem !», « On va faire comment !» et « Cay wallaye ! ». Le prix spécial canal d’or 2017 y célèbre aussi les vedettes de la culture et du sport. Notamment, Roger Milla, Samuel Eto’o, Rigobert Song, Jean-Pierre Saah, André Marie Tala, Kouchouam Mbada, Nkotti François et Kola Sucré
Dans une sonorité entrainante composée de magambeu et de benskin, l’« ambassadeur de fait du Cameroun » met également en vitrine les mets du terroir. Notamment, le « ndolè », le « kondrè de chèvre », le « mbongo tchobi », le "Achu", et le « eru ». Le tout accompagné d’un « bon matango ». Une chanson qui arrive donc à point nommé, en ces temps où certains esprits malveillants essaient de faire feu de tout bois pour mettre à mal l’unité nationale du Cameroun.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps