Société

Respect des mesures barrières : il faut sanctionner les contrevenants

Policiers et gendarment sillonnent les artères de la ville de Yaoundé pour s’assurer du respect des consignes gouvernementales visant à limiter la propagation du Covid-19.

Toute personne refusant de porter un masque de protection en a eu pour son grade hier au marché du 8e à Yaoundé. Les contrevenants à cette mesure barrière ont été surpris par la descente inopinée des éléments du Commissariat central n°2. Pris en flagrant délit, ils n’ont eu pour choix que de se rendre au poste de police pour y répondre de leur refus de coopérer et d’obéir aux mesures gouvernementales. Les contrevenant ont été entendus et le reste devra suivre. Le port du masque dans les lieux publics étant devenu obligatoire depuis le 13 avril dernier, les forces de maintien de l’ordre ont décidé de passer à l’étape supérieure. Finie donc la sensibilisation et place à la répression. « On a décidé maintenant d’interpeller tous ceux qui ne respectent pas les mesures édictées par le gouvernement pour barrer la voie au coronavirus, notamment le refus de porter le masque. Ils attendent au couloir pendant un bon bout de temps avant d’être libérés. Certains sont soumis à de petites corvées », confie sous cape un responsable du commissariat. Et d’ajouter : « Avant, on procédait uniquement à la sensibilisation. Malgré cela, on a constaté que la plupart des personnes rencontrées n’arborent pas toujours de masque. Certains préfèrent les mettre au cou ou les tenir en main. »
L’objectif affiché étant de faire passer le message à ceux qui tardent encore à se conformer à la règle. « Une fois libérés, ils sont conscients qu’il ne faut pas blaguer », ajoute notre source. L’un des contrevenants tente de se justifier « J’avais pourtant bien mon masque, mais je ne le portais pas parce que ça m’étouffe. Mais après avoir écouté les conseils de la police, je suis conscient d’avoir commis une faute. Car, il est très important de porter son masque pour éviter la propagation de ce virus », reconnaît Amadou M., arrêté quelques minutes plus tôt au marché. 
En dehors de la répression liée au défaut du port du masque, d’autres sanctions sont encourues par les propriétaires de débits de boisson ne respectant pas les horaires de fermeture. « Alors que le gouvernement a prescrit la fermeture des bars et autres lieux de loisirs à 18h et celle des marchés à 16h, certains propriétaires des débits de boisson continuent leur activité en toute impunité à l’intérieur de leurs commerces, en prenant soin de fermer portes et fenêtres. Lorsqu’on a connaissance de ces faits, on procède tout bonnement à la pose des scellés jusqu’à nouvel avis », souligne le préfet des Hauts-Plateaux, Nji Yampen Ousmanou. Dans les marchés, quartiers, services et compagnies de transport, les forces de maintien de l’ordre veillent au grain. Celles-ci n’hésitent pas à infliger des sanctions adéquates à ceux qui hésitent encore à se conformer aux mesures prescrites par le gouvernement pour contrecarrer le Covid-19, qui fait des victimes et gagne du terrain au Cameroun.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps