Bafoussam : Happy-end pour 177 détenus

Ces ex-pensionnaires de la prison centrale, bénéficiaires des effets du décret présidentiel, ont reçu mercredi dernier, leurs bulletins de levée d’écrou.

Même dans ses rêves les plus fous, Ibrahima Abdoul Razack (24 ans), n’espérait pas passer du statut de détenu à celui d’homme libre avant au moins deux ans. Ce natif de Ngaoundéré, a pourtant été le premier à recouvrer sa liberté en recevant son bulletin de levée d’écrou, mercredi dernier à la Prison centrale de Bafoussam. Occasion pour ce désormais ex-détenu, de remercier « papa Paul Biya pour son indulgence, sa magnanimité et son bon sens ». Même pendant les trois années passées en prison, nous recevions régulièrement son soutien. Et maintenant il nous sauve des griffes du coronavirus. A moi de devenir désormais un bon citoyen pour lui prouver ma reconnaissance éternelle », s’écrie cet ancien chauffeur en quittant les locaux de la prison. Ils sont au total 177 pensionnaires de cette prison, bénéficiaires des effets du décret présidentiel du 15 avril dernier, portant commutation et remise de peines à certains détenus. 
La cérémonie de leur mise en liberté s’est déroulée le mercredi 22 avril dernier, dans la cour extérieure de la prison centrale de Bafoussam, en présence des autorités administratives et judiciaires de la ville. D’entrée, l’administrateur général des prisons, Paul Nyangang Tchuissé, régisseur de la prison centrale de Bafoussam, a résumé le travail abattu par la commission technique, en application du décret présidentiel. « Sur les 915 détenus de cette prison, il y a 393 personnes définitivement condamnées et par conséquent susceptibles d’être concernées par le décret du chef de l’Etat. Selon les textes, nous avons effectivement 269 bénéficiaires. 177 immédiatement libérées et 92 autres qui bénéficient plus des commutations de leurs peines. Ils seront donc libérés plus tôt que prévu à leur condamnation ». 
Gaston Kemloung, avocat général à la Cour d’appel de l’Ouest, pour la circonstance représentant du procureur général, et Roger César Tanefo, deuxième adjoint préfectoral de la Mifi, en remettant les documents de levée d’écrou à ces ex-détenus, les ont invité à s’inspirer des expériences de cette ancienne vie peu reluisante qu’ils quittent définitivement, pour améliorer leurs comportements en société, et conseiller ceux de leurs entourages à devenir tous de bons citoyens, contribuant chacun au développement social du pays. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category