Procès maurice kamto,FESPACO, déscentralisation au cameroun, nord west crisis

Société

Covid-19 : les personnels de santé en première ligne

Alors que la crise sanitaire a contraint de nombreux employés à rester chez eux ou à revoir leurs méthodes de travail, le secteur de la santé est plus actif que jamais.

Il est de métiers que le confinement, partiel ou total, ne freine absolument pas. Les personnels de santé comptent parmi ces travailleurs que le Covid-19 n’a pas mis en congé. Le devoir professionnel les appelle. Médecins, infirmiers, aides-soignants entre autre sont à l’œuvre depuis la survenue de la pandémie du coronavirus. Au lieu de l’arrêt d’activité, ils connaissent plutôt une  montée en vitesse du travail. Si on peut faire des consultations médicales en ligne, ni le traitement, ni l’opération chirurgicale ne peuvent se soustraire au contact direct entre médecins et patients. Si d’autres professions ont instruit le télétravail, cette configuration est quasi impossible avec le corps soignant. « Ce sont les risques du métier. Nous sommes appelés à exercer de jour comme de nuit pour assurer non seulement le suivi des malades ordinaires, le traitement des nouveaux patients aussi », explique Louise Claudine Mbeng, infirmière.  
Chaque métier ayant ses risques, les personnels de santé sont classés parmi les plus exposés à la maladie. Cependant, dans leur configuration du travail, des mesures internes ont été mises sur pied pour éviter toute infection. « Le port des gants, des masques de protection, entre autres, constituent une précaution barrière », relève Dr Etienne Mballa, médecin. S’il faut adopter des habitudes nouvelles sur les lieux de service, le retour à la maison impose aussi désormais quelques mesures barrières. Une fois chez eux, les personnels soignants sont appelés à mettre leurs proches à l’abri d’une contamination. Les uns et les autres ont adopté des nouvelles habitudes. 
Vendredi dernier, 19h50, après une journée plutôt épuisante, le médecin généraliste, Dr Etienne Mballa rentre chez lui. La sonnerie retentit, c’est sa fille ainée âgée de 16 ans qui ouvre le portail. Distance maintenue, le père de famille se dirige vers la douche, où il va d’abord prendre un bain. Ses effets sont restés à l’extérieur pour être désinfectés. Cela lui semble bizarre, mais il approuve la nécessité. « L’affaire n’est pas prise à la légère ici chez moi. Et donc tant que je ne prends pas le soin de me purifier, je crois qu’ils ne s’approcheront de moi qu’avec des doutes », avoue-t-il. Le secteur de la santé reste plus que jamais en activité. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps