Coûts, disponibilité : à propos des masques Cicam…

Edouard Ebah Abada, le Dg de l’entreprise, était face à la presse mardi 12 mai à Douala.


Read also : Protecting Children’s Rights: Here Comes Novelist Djaili Amadou Amal!

« Dans les réseaux sociaux, on dit que la Cicam a reçu une subvention du gouvernement pour la production de masques. Je tiens à dire que c’est faux ! ». Propos du directeur général de la Cotonnière industrielle du Cameroun (Cicam), face à plusieurs médias mardi 12 mai à Douala. Edouard Ebah Abada a invité la presse dans les locaux de l’entreprise à Ndokoti pour cette mise au point, mais aussi afin de faire d’autres précisions, tournant toutes autour de l’activité de production de masques faciaux contre le coronavirus, dans laquelle la boîte s’est lancée il y a peu.


Read also : Education : de nouveaux établissements dans le secondaire

En bonne place sur la table, le prix du masque. 1.300 F l’unité. Un coût qui a fait quelque peu jaser dans l’opinion, beaucoup estimant que le produit, à ce montant, est hors de portée de la plupart des citoyens. Il est cependant lavable 15 fois. Pour Edouard Ebah Abada, il s’agit d’une « polémique totalement injustifiée ». Le Dg de la Cicam rappellera que l’entreprise, qui fait face à des charges incompressibles dans le processus de production de ces équipements de protection, n’a, pour ainsi dire, pas le choix.


Read also : Yaoundé : deux nouveaux cas de poliomyélite notifiés

La loi « interdit d’entraîner l’entreprise dans une activité manifestement ruineuse (…) et le Traité Ohada interdit de vendre en dessous du prix de revient, sinon ce serait du dumping », a en outre rappelé M. Ebah Abada. Sur un autre plan, le Dg de la Cicam a assuré que les masques produits par cette société d’Etat respectent les normes de l’Anor (l’Agence nationale des Normes et de la Qualité), étant notamment fabriqué « avec un tissu blanchi et stérilisé ». La presse apprendra également du Dg de la Cicam que celle-ci produit « entre 5000 et 9000 masques par jour », production effectuée « à la carte, en fonction de la commande ».


Read also : Entrée à la Gendarmerie nationale : ça se bouscule

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category