Chambre d’Agriculture : les défis du nouveau président

La feuille de route de Joseph Roland Matta lui a été donnée vendredi dernier, au cours de son installation par le ministre en charge de l’Agriculture.

Le président de la Chambre d’agriculture, des pêches, de l’élevage et des forêts du Cameroun (Capef), Joseph Roland Matta a été installé dans ses nouvelles fonctions vendredi 15 mai 2020 à Yaoundé, après son nomination le 8 mai dernier le président de la République. Une installation qui intervient dans un contexte assez difficile pour la structure. En effet, la vie de la Capef est marquée depuis quelque temps, par des difficultés budgétaires et un statut juridique ambigu : un climat social délétère dû aux difficultés de mobilisation des ressources financières, caducité des organes actuellement en activité du fait des mandats échus, attente des textes d’application du décret portant réorganisation de la Capef, importante dette due aux prestataires de la Chambre et de l’Ecole pratique de Binguela. Des difficultés certes mais que Gabriel Mbairobe, ministre de l’Agriculture et du Développement rural, qui a installé Joseph Roland Matta, juge surmontables au regard des dispositions statutaires et des possibilités financières qui, bien exploitées, permettraient d’assurer un fonctionnement normalde la Chambre. C’est dire si les défis auxquels fera face Joseph Romand Matta sont énormes. 
Autre dossier sur lequel le président devra se pencher, l’adoption d’un budget pour l’examen en cours, la mise en œuvre du projet de renforcement de la formation professionnelle agricole et d’élevage financé par l’Union européenne. Ce projet permettra de renforcer les compétences des producteurs dans la production laitière et l’entrepreneuriat agricole. Le président devrait aussi s’atteler à l’organisation des élections afin de doter la Chambre de nouveaux élus conformément aux dispositions pertinentes décret du 13 avril  2016. 
Mais Joseph Roland Matta semble avoir l’étoffe nécessaire pour s’en tirer à bon compte. Son expérience dans le domaine de la gestion est un grand atout. Autre atout dont dispose ce père de famille de 59 ans, son riche carnet d’adresses, du fait de ses nombreux voyages à  travers le monde. Une expertise qui lui a valu de développer d’excellents rapports avec les institutions internationales et qui sera finalement une aubaine, puisqu’il maîtrise en outre le processus de recherche des financements, un atout  indispensable pour la survie de la Capef.
Au cours de la cérémonie, le Minader a rendu un hommage à Janvier Mongui Sossomba, ancien président de l’institution, décédé il y a deux ans. Il dira de ce dernier qu’il a contribué à écrire les plus belles pages de la Chambre. Il a également félicité Moussa Koue, vice-président qui a assuré l’intérim et conduit les destinées de cette institution.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category