Politique

Reprise des classes du 1 er juin : le gouvernement rassure

Un point de presse conjoint, entre le Mincom et les ministres en charge du secteur éducatif a dévoilé les mesures sécuritaires et sanitaires prises pour éviter la contamination au coronavirus.

Il n’y aura pas d’année blanche au Cameroun. Les assurances sur l’effectivité d’une reprise saine des cours en présentiel ont été données vendredi à Yaoundé, par le ministre de la Communication (Mincom) et ses trois homologues en charge du secteur éducatif.

Aussi, le ministre d’Etat, ministre de l’Enseignement supérieur (Minesup), Jacques Fame Ndongo, le ministre des Enseignements secondaires (Minesec), Pauline Nalova Lyonga et le ministre de l’Education de base (Minedub), Laurent Serge Etoundi Ngoa, ont-ils dévoilé leurs plans d’action.

Autour du Mincom, René Emmanuel Sadi, ils ont, chacun dans son secteur, exposé à tour de rôle sur les différentes dispositions prises et les stratégies adoptées, permettant de protéger les principaux acteurs de la communauté éducative, en leur évitant la contamination au coronavirus.

S’exprimant en premier lieu, le Minesup a expliqué qu’une panoplie de mesures sur les plans sanitaire, sécuritaire et pédagogique ont été prises de manière concertée avec les membres de la communauté universitaire (personnels administratifs et enseignants, syndicats d’étudiants, etc). Toutes seront implémentées dès ce lundi.

Sur le plan sanitaire, Jacques Fame Ndongo a rassuré les parents que, non seulement les mesures barrières édictées par le gouvernement et l’Organisation mondiale de la santé seront rigoureusement respectées, mais aussi que les établissements à caractère scientifique et technologique seront mis à contribution pour la fabrication des produits nécessaires (masques, gels hydro-alcooliques, etc.) à la lutte contre la contamination au coronavirus. Il a même indiqué que les centres médico-sociaux universitaires sont eux aussi prêts à prodiguer les premiers soins aux étudiants qui seront jugés suspects, avant un éventuel transfèrement vers les structures dédiées à la prise en charge des malades atteints de cette affection.

En ce qui concerne l’aspect pédagogique, le Minesup a fait savoir que les universités ont réaménagé leurs emplois de temps, pour une rotation des étudiants et des enseignants dans les amphis.

Les Minesec et Minedub ont également abondé dans ce sens. Le premier a relevé que le Lycée technique de Nkolbisson est en train de mettre en pratique son savoir-faire pour fabriquer du matériel qui servira à stopper la propagation du Covid-19 dans les campus.

Le Pr. Laurent Serge Etoundi Ngoa a quant à lui souligné les spécificités de son ordre d’enseignement, comprenant essentiellement les tout- petits. En plus de la désinfection des salles de classes, commune à tous les niveaux d’enseignement, des mesures ont également été prises pour que la distanciation sociale, principe fondamental de la lutte contre l’expansion de cette pandémie soit de mise. Aussi a-t-il indiqué d’une part qu’il n’y aura pas plus de 25 élèves par classe. D’autre part, le Minedub a relevé que son département ministériel a reçu, de certains groupes sociaux et du ministère de la Recherche scientifique et de l’Innovation, une cargaison de matériels permettant de renforcer le dispositif de sécurité sanitaire des acteurs de la chaîne éducative. Convaincus que ce combat est commun à tous, les membres du gouvernement ont invité les parents à faire bloc derrière l’Etat pour assurer sa réussite. Pour ce qui est de l’ensei- gnement primaire par exemple, le Mi- nedub a exhorté les parents à accompagner leurs enfants jusqu’à l’école afin de les préserver d’une éventuelle infection durant le trajet.

Suspendus le 17 mars dernier par le chef de l’Etat à cause de la survenue du Covid-19, ces cours reprennent aujourd’hui en présentiel pour les élèves de Class Six et du CMII (pour le cycle primaire), et des classes de terminale et Upper sixth (pour le cycle secondaire). Cette reprise obéit à un double impératif : préserver l’année scolaire et académique en « permettant son parachèvement harmonieux dans les dix régions du pays et veiller scrupuleusement à la sécurité sani- taire des membres de la communauté éducative », a mentionné, René Emmanuel Sadi.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps