Incendie à la Sonara : un an après

Le gouvernement multiplie les initiatives pour assurer l’approvisionnement du marché et remettre l’unique raffinerie du pays sur pied.

C’ est toute la ville de Limbe et même le Cameroun qui avaient été touchés par l’incendie survenu le 31 mai 2019 à la Société nationale de raffinage (Sonara). Bilan des dégâts: quatre unités de raffinage entièrement consumées et trois partiellement touchées, sur les treize que compte la société.

A ce moment, les Camerounais s’interrogent sur l’impact de ce sinistre sur l’entreprise en pleine modernisation/ extension. Ils s’interrogent également sur ce qu’il adviendra de l’approvisionnement du marché national en produits pétroliers. Tous les regards sont alors tournés vers le ministère de l’Eau et de l’Energie (Minee), tutelle du secteur.

Des réponses seront progressivement données au fil du temps. D’abord au cours de la descente d’une délégation interministérielle sur le site de la Sonara conduite par Gaston Eloundou Essomba, Minee. « La chaîne de raffinage est en arrêt mais la Sonara ne fermera pas pour autant ses portes. Les importations se poursuivent, le laboratoire d'analyses continue de fonctionner », avait alors affirmé le ministre. De quoi rassurer le personnel sur la sécurisation des emplois. Sur la très lancinante question de l'approvisionnement, le ministre avait rassuré sur les mesures prises pour garantir l'approvisionnement continu en produits pétroliers du marché.

Cependant, il n’était pas seulement question de rassurer, mais aussi de savoir ce qui s’est réellement passé pour pouvoir trouver des so- lutions afin de remettre la Sonara sur les rails dans un délai raisonnable. Elles seront envisagées dans le rapport de la commission d’enquête conduite par la tutelle technique de l’entreprise et remis au Premier ministre, chef du gouvernement en début juillet 2019. Quelques mois plus tard, au cours du premier Sommet Russie-Afrique à Sotchi en Russie, le Cameroun prend langue avec des industriels russes pour la relance de la Sonara, notamment le groupe Lu- koil-Litasco , 7 e fortune de Russie et spécialisée dans l’industrie pétrolière.

Le 6 février 2020, une délégation de ce groupe se rend effectivement au Cameroun où elle échange une fois de plus avec le ministre Gaston Eloundou Essomba. Seulement, à ce jour rien de concret n’est sorti de ces entretiens. Mais de sources bien introduites, des pour- parlers sont en cours avec d’autres partenaires. Au 31 mai 2020 donc, beaucoup d’eau a coulé sous le pont. L’approvisionnement du marché continue de se faire par voie d’importations grâce à quatre traders qui ont pour rôle de mettre à la disposition du Cameroun de grandes quantités de produits finis. L’on sait aussi que ce sont près de 250 milliards de F qui seront nécessaires pour la réhabilitation de la Sonara, selon les premières études. Le choix de l’entreprise qui présente une bonne capacité technique serait en bonne voie .

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category