Politique

Ngaoundéré : une ville aux chantiers multiples

Après trois mois de mandature, le nouveau maire est en train de réaménager la voirie urbaine et des espaces marchands spécialisés ont vu le jour, pour le bonheur de la population.

Mercredi 3 juin dernier, le compteur du maire de la ville de Ngaoundéré, Bobbo Saliou marque trois mois de mandat à la tête cette collectivité territoriale du Cameroun. Période au terme de laquelle la capitale du « château d’eau du Cameroun » commence à changer de physionomie, même si pour certains, beaucoup reste à faire. Pour d’autres, il est encore très tôt pour évaluer les premiers pas du maire. Ses actions s’observent à travers les multiples chantiers. On peut entre autres citer le projet de réaménagement de la pénétrante Nord de la ville. Ce qui permet aujourd’hui de désengorger le trafic important à partir de l’arrondissement de Ngaoundéré 3e. Travaux qui ont également permis la réalisation des travaux d’urgence de protection des populations riveraines des quartiers « Madagascar » et « Joli Soir » qui faisaient face au phénomène d’inondation. « Nous sommes soulagés parce que les eaux des pluies sont canalisées", se réjouit Abdouraman, un riverain. A cette liste s’ajoutent aussi l’élargissement de certains axes routiers, le curage des caniveaux et la canalisation des eaux sur les périmètres irrigués. Ces différents travaux ont permis d’optimiser efficacement la main d’œuvre par l’utilisation de l’approche à Haute intensité de main d’œuvre (Himo). « Nous avons voulu non seulement te- nir notre engagement de la campagne électorale, mais aussi permettre à ces jeunes de trouver un emploi temporaire et bien rémunéré », a confié Bobbo Saliou.

La communauté urbaine de Ngaoundéré n’entend pas s’arrêter en si bon chemin. Le désordre urbain fait partie de ses combats. A Ngaoundéré, un marché des fruits situé non loin de l’hôtel de ville a vu le jour et donne fière allure à la cité. Après les routes, les caniveaux et la réorgani- sation du secteur informel, la Communauté urbaine souhaite s’attaquer cette fois à d’autres problèmes d’urbanisation. Notamment celui de l’éclairage public et de l’adduction d’eau potable dans la ville. Un projet d’extension de l’éclairage public est en cours, pour un financement de près d’un milliard de F .

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps