Procès maurice kamto,FESPACO, déscentralisation au cameroun, nord west crisis

Société

Yagoua : le lamido tire sa révérence

Sa majesté Litassou Makaïni Makkadallah s’est éteint le 23 juin à Yaoundé des suites de maladie.

La nouvelle de la mort du lamido de Yagoua s’est répandue dans la région de l’Extrême-Nord quelques heures après son expiration en début d’après-midi du 23 juin 2020. Le puissant chef traditionnel de la tribu Massa qui régnait dans tout l’arrondissement de Yagoua et celui de Vélé s’en est allé à l’âge de 62 ans, dont pratiquement 12 ans passés au trône. C’est le 19 octobre 2008 qu’il accède au trône suite à la mort de son prédécesseur, Moussa Daïrou. Le grand défenseur de la culture Massa vient ainsi de tirer sa révérence, sans avoir mené à terme son projet de mise en place d’un musée valorisant le riche patrimoine de son peuple. Avec la mort de cet illustre personnage, c’est une véritable bibliothèque qui s’est ainsi consumée. L’homme maîtrisait au bout des doigts les épopées guerrières du peuple Massa dont il était un grand défenseur. Comme dans un livre d’histoire, il retraçait à ses hôtes l’histoire du lamidat de Yagoua, l’une des puissantes chefferies traditionnelles de l’Extrême-Nord. Cet administrateur civil hors échelle a été admis à faire valoir ses droits à la retraite en 2013. 
Dès l’annonce de sa disparition, sa concession a été immédiatement scellée par ordre du procureur de la République près les tribunaux de Yagoua et mise sous surveillance des forces de l’ordre. On sait que ces dernières années, sa santé le lâchait progressivement mais sa majesté Litassou MaKaïni M. ne laissait nullement transparaître l’image d’un leader soufrant. De temps en temps, il allait à Yaoundé pour faire son check-up et il revenait au sein de sa communauté le plus tôt possible. Cet administrateur civil hors échelle était très écouté par ses populations. Dans une société où les rixes sont monnaie courante, le lamido de Yagoua a toujours réussi à rétablir la paix au sein des peuples qui se regardent en chiens de faïence. L’Etat perd ainsi en lui un auxiliaire d’administration des plus influents, tout comme le Rdpc qui pleure la disparition d’un fervent militant.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps