Humour: Valery Ndongo revient du Congo

Entre le 23 juin et le 30 juillet dernier, il y a mené diverses activités, entre accompagnement de jeunes comédiens et présentation de son nouveau spectacle.

Il n’a pas encore les cheveux gris, mais Valery Ndongo se plait déjà à jouer les mentors. L’humoriste était récemment au Congo Brazzaville. Il a été accueilli par les voisins congolais comme une véritable star africaine du stand-up. Son programme a affiché complet avec d’abord cet atelier de formation pour accompagner des humoristes africains au développement de leur talent. Une casquette qu’il ne quitte plus. En 2013, il organisait sa première édition du « Valery Ndongo Comedy Club ». Un moment intense de partage avec des comédiens venus de 13 pays du continent. La promotion de futurs prodiges du one man show africain est visiblement une mission qu’il se donne de remplir. 
Du 23 juin au 30 juillet dernier, Valery Ndongo a passé un mois entre exploration de l’humour congolais et découverte d’un univers spécial. Autre principale raison de son séjour à Brazzaville, l’invitation de l’Institut français basée dans la capitale du Congo, pour la présentation de son nouveau spectacle : « Je suis Noir et je suis raciste ». La presse congolaise a d’ailleurs soutenu ce spectacle joué le 29 juillet dernier, devant le public de Brazza, ravi de découvrir l’univers de Valery Ndongo, notamment avec plusieurs apparitions dans les médias. « L’humoriste invite le spectateur à prendre le parti d’en rire et surtout à se demander si on peut rire de tout ? Ce spectacle fait aussi écho au roman à succès de Gaston Kelman : "Je suis Noir et je n’aime pas le manioc " », annonçait le journal Les dépêches de Brazzaville. 
Sur scène, il était accompagné de la fine fleur des humoristes du pays-hôte. Entre autres : Juste Parfait Menidio, Naz-R, Djaust Pounga, Ondze Weilfar Kaya. Valery Ndongo revient avec un thème sur le racisme, qu’il aime à aborder au cours de stand-up, comme en 2014, quand il a présenté son spectacle « Voir Paris et mourir ». Mais le comédien tient à préciser un point : il n’y a pas que du racisme dans cette nouvelle création. L’actualité, entre drames de l’immigration, tueries aux Etats-Unis et lutte contre le terrorisme sont à l’ordre du jour. On a hâte de découvrir « Je suis Noir et je suis raciste » au Cameroun. 

 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie