Politique

Gendarmerie nationale : des bolides pour les pelotons routiers

Ces unités ont été renforcées en matériels vendredi dernier pour accentuer le contrôle et réduire les accidents de la circulation.

Ce sont dix rutilantes motocyclettes lourdes, 39 uniformes, 42 paires de bottes de motocyclistes ainsi que 40 000 alcootests chimiques, à repartir dans les cinq groupements de la circulation routière du pays. Ce matériel de travail a été remis vendredi dernier par le général de brigade, Elokobi Daniel Njock, Directeur central de la coordination à la gendarmerie nationale, au chef d’escadron Anastasie Deuwa Ngacko, commandant du groupement de la circulation routière N°1 (Centre-Sud-Est). C’était lors d’une cérémonie à la cour d’honneur du Commandement des écoles et centres d’instruction de la gendarmerie (Cecig) au camp Yeyap, à Yaoundé. 
Ces outils sont fournis en vue de l’atteinte de meilleurs résultats en matière de surveillance des voies de communication. En effet, la « campagne de contrôle–surveillance–répression des infractions à la circulation routière » mise sur pied en 2011 ainsi que le travail quotidien effectué par les pelotons routiers motorisés ont contribué à réduire de 16% les accidents et d’environ 30% la mortalité sur les routes. Avant cette campagne, les chiffres faisaient état de 159 morts en moyenne par mois, notamment au cours de l’intervalle 2000-2010, selon le colonel Mesmin Eloundou, directeur de l’emploi et des structures à la gendarmerie nationale. Cette dotation répond aux attentes des éléments sur le terrain, comme l’a souligné le chef d’escadron Anastasie Deuwa Ngacko. « Ce sont des motos très modernes, sophistiquées, qui peuvent aller jusqu’à 240 km/h et sont dotées de dispositifs d’airbag et autres, tant pour la conduite diurne et que celle nocturne. Grâce à elles, nous allons être davantage dynamiques et mobiles car la présence du gendarme c’est le commencement de la sagesse ». Le commandant du groupement de la circulation routière N°1 a annoncé qu’il y aurait « de moins en moins des postes fixes ». Ainsi, les usagers, plus fréquemment confrontés aux gendarmes, seront contraints 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps