Budget d'investissement public : comment stimuler l'exécution

Des équipes de la brigade de contrôle sont sur le terrain pour contrôler les réalisations physiques des projets et programmes au titre de trois exercices.

Au 15 juin 2020, le taux d'exécution du budget d'investissement public (Bip) est de 17,18%. L’année dernière, il était de 42 % au premier semestre. Une contre-performance donc qui se justifie par le contexte de crise sanitaire actuelle. Ce qui a entraîné un retard au niveau de la passation des marchés induisant ainsi un retard dans l'exécution du Bip. Il y a donc urgence pour les six prochains mois, d'optimiser l'investissement public pour parvenir aux résultats escomptés en début d’exercice. C'est à cela que s’attèle, depuis ce mois de juin, la brigade de contrôle des réalisations physiques des programmes et projets d’investissement public au ministère de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat).
Il est question, d'après une note du ministre Alamine Ousmane Mey, du contrôle des réalisations physiques des programmes et projets d'investissement public au titre du budget de l'État pour l'exercice 2020. Il s'agira donc de mettre en place un système de veille et d'alerte du contrôle de l'investissement public, de réduire significativement le nombre de projets non ou mal exécutés et projets abandonnés, d'assurer la remontée des informations sur l'exécution des projets en temps réels, notamment leur état d'exécution. « Il convient de rappeler que l'exécution du bip s'inscrit dans un contexte de parachèvement du programme économique et financier conclu en juin 2017 avec le FMI, toutes choses conduisant à des contraintes budgétaires traduites par la baisse du BIp de 1,2% entre 2019 et 2020 », peut-on lire dans la note. C’est pourquoi les exercices 2018 et 2019 feront également objets de contrôle. Le Minepat rajoute dans le même sens que « Du fait de cette contrainte budgétaire et dans l'optique de maintenir l'effet vertueux induit par les investissements publics sur la croissance, il est impératif pour l'État de s'assurer que les projets inscrits au Bip s'exécutent dans le strict respect des principes budgétaires et des exigences de qualité ». 
Il est donc question de tout faire pour optimiser l’exécution du Bip au cours des six prochains mois. Cette poche d'investissement qui a aussi subi une coupe dans le collectif budgétaire que vient adopter l'Assemblée nationale. Dans les 1 496 milliards de F de départ, il a été prélevé de plus de 240 milliards de F, portant cette enveloppe à 1 256 milliards. 
En rappel, le Bip 2020 est axé sur les secteurs des infrastructures et de la production (69%) mais aussi de la santé (7%). Il était donc prévu entre autres l’achèvement et la mise en service des projets de première génération ou encore de ceux inscrits dans les plans d’urgence ou ayant trait aux préparatifs du Chan 2020 et de la Can 2021. Mais à cause du Covid-19 et des éternels freins à l'exécution de ce budget, il y a risque de non atteinte des objectifs.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category