Infirmiers, sages-femmes, médico-sanitaires : vers une harmonisation de la formation

Une quinzaine de recommandations ont été formulées vendredi dernier à Yaoundé au terme de la conférence annuelle des directeurs des établissements concernés.

Deux jours de réflexion sur l’état de la formation, de la gestion et de l’avenir des établissements de formation des infirmiers, sages-femmes et médico-sanitaires. A Yaoundé, la cinquantaine de responsables venus des dix régions du Cameroun ont tablé sur une série de recommandations à mettre en œuvre pour améliorer les conditions des apprenants, des enseignants et de la profession. Vendredi dernier, la cérémonie de clôture de cette conférence a été présidée par le ministre de la Santé publique (Minsanté), Manaouda Malachie. Ces recommandations ont été présentées par Emile Ella, directeur des ressources humaines au Minsanté.
Primo, le volet formation au sein des établissements. La conférence propose de mettre en place un groupe pour proposer les curricula révisés des filières existantes et ceux des nouvelles filières avant la prochaine rentrée ; arrimer les curricula de formation Bac et plus au système Licence-Master-Doctorat (LMD). De même, le Minsanté devrait constituer une équipe au niveau des écoles, pour permettre aux apprenants et aux enseignants de mieux acquérir les compétences nécessaires. Il est aussi recommandé de développer une plateforme informatique de gestion des résultats des examens semestriels, de mettre sur pied un groupe de travail qui va se pencher sur la classification professionnelle des personnels de santé et de renforcer les capacités de formation des enseignants en pédagogie. La rencontre a également permis de rediscuter des textes fondateurs des écoles de formation des personnels de santé. Ainsi, il est proposé de former un groupe de travail impliquant les services du Premier ministre, des départements en charge de la Santé, de la Fonction publique (Minfopra), de l’Emploi et de la Formation professionnelle (Minefop) et de l’Enseignement supérieur (Minesup), pour réviser les dispositions du décret du 9 juin 1980 portant statut des établissements de formation du personnel sanitaire.
L’autre volet concerne la gestion financière. La conférence propose de mettre sur pied un groupe de travail réunissant le ministère des Finances et le Minsanté afin de mener une réflexion sur la question des ressources provenant des établissements privés de formation ; ouvrir au trésor public des comptes pour les écoles publiques. Autre proposition, initier une rencontre entre les différents départements ministériels des personnels de santé (Minsanté, Minesup, Minefop) afin de clarifier le champ de compétence de chacun. Des recommandations que Manaouda Malachie a dit prendre en compte et s’est dit disposé à porter en haut lieu pour une mise en œuvre.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category