Procès maurice kamto,FESPACO, déscentralisation au cameroun, nord west crisis

International

Mali : le mandat de la Minusma prolongé

La décision de donner un an de plus à la mission onusienne a été prise en fin de semaine dernière par le Conseil de sécurité.

La mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma) a été prolongée d’un an en fin de semaine dernière par le Conseil de sécurité. La décision a été prise à l’unanimité par les membres et la Minusma restera encore dans le pays jusqu’en juin 2021. La mission gardera le même effectif composé de 13 892 militaires et policiers déployés avec un budget qui pourrait être lé- gèrement revu à la hausse du fait que le Mali est en proie à des attaques terroristes permanentes depuis plusieurs années. La décision est prise dans un contexte de crise politique dans le pays, marqué par la mobilisation, récemment, des populations pour réclamer la démission d’Ibrahim Boubacar Kéita, le président de la République. L’auguste institution brandit les efforts faits pour consolider la souveraineté de l’Etat et le retour à la paix et la réconciliation exigée dans l’Accord pour la paix et la réconciliation (APR).

Avec 1,2 milliard de dollars, il sera question de redéfinir de nouveaux indicateurs de progrès de l’APR pour la section du désarmement, démobilisation, réinsertion des combattants ainsi que la mise en place de la zone de développement du Nord. Le Centre du pays demeure aussi une préoccupation. Environ 580 personnes y ont été tuées depuis janvier 2020. Il est aussi attendu, la clarification du soutien de la Minusma à la force conjointe du G5 Sahel (5 000 hommes) pour plus d’efficacité lors des missions sur le terrain. En début du mois de juin, dans son dernier rapport sur le Mali, Antonio Guterres, Secrétaire général de l’ONU demandait le maintien sans réduction de leur nombre des Casques bleus au Mali. Il expliquait que « la présence de la mission demeure cruciale et son mandat pertinent au vu de la complexité des défis». Depuis plus d’un an, les Etats-Unis, premier contributeur financier, mettent régulièrement en cause l’efficacité de cette mission jugée inadaptée à la situation de violence qui prévaut au Mali. Le chef de la diplomatie malienne, Tiébilé Dramé, dans son plaidoyer pour réclamer le consensus en faveur de ce renouvellement, avait récemment déclaré lors de l’inauguration du QG du G5 Sahel que son pays « attend beaucoup de la Minusma ». D’autre part, certaines sources au Mali expriment leur inquiétude au sujet d’une force qui perd beaucoup de membres dans les attaques et dénoncent ses « balbutiements » dans une situation où les conditions sécuritaires se détériorent .

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps