Procès maurice kamto,FESPACO, déscentralisation au cameroun, nord west crisis

Commentaires

Une autre belle perche à saisir

Méthodiquement et sûrement, le Plan présidentiel de Reconstruction et de Développement des Régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest (Pprd-NW/SW) se met en œuvre. La preuve en a été donnée toute la semaine dernière dans la région du Nord-Ouest et cette semaine dans celle du Sud-Ouest où le Coordonnateur national et son équipe sont allés à la rencontre des populations. Au cours de ces consultations ouvertes, Paul Tasong et ses collaborateurs expliquent, écoutent et sensibilisent les plénipotentiaires venus des départements des deux régions pour recueillir leurs attentes et leurs avis sur cet ambitieux plan de reconstruction et de développement. Au regard de la participation massive des populations à ces séances d’échanges et au vu de l’intensité des discussions dignes des « quatre vérités » et l’engagement des uns et des autres, il y a des raisons d’espérer des lendemains enchanteurs pour cette partie du pays en proie depuis quatre ans à un climat de violence qui a mis presque à l’arrêt toutes les activités socio-économiques des populations. La volonté des pouvoirs publics d’en finir avec cette crise s’est maintes fois exprimée et démontrée à travers plusieurs signaux forts. En dehors d’une batterie de mesures fortes prises par le chef de l’Etat pour répondre aux revendications originelles des syndicats des avocats et des enseignants d’expression anglaise, le président de la République a décidé de la mise en place d’un Plan d’assistance humanitaire d’urgence pour la période 2018-2019 pour répondre aux besoins urgents et essentiels des populations des deux régions victimes de la folie meurtrière des sécessionnistes. Dans la même foulée, le chef de l’Etat, animé par le souci constant de la recherche des voies et moyens d’une résolution pacifique des crises qui affectent le pays, a adressé une offre de paix aux membres des groupes armés à travers la création le 30 novembre 2018 du Comité national de Désarmement, de Démobilisation et de Réintégration des ex-combattants du Boko Haram et des groupes armés des deux régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Cette instance placée auprès du Premier ministre, chef du gouvernement postule à encadrer le retour à la vie normale de tous ceux qui ont pris les armes contre leur patrie. Cette même volonté d’apaisement avait poussé Paul Biya à décider de l’arrêt des poursuites judiciaires pendantes devant les tribunaux militaires contre 289 personnes arrêtées pour des délits commis dans le cadre de cette crise.

L’organisation du Grand Dialogue national décidé par le président de la République et conduit de main de maître par le Premier ministre, chef du gouvernement, du 30 septembre au 4 octobre 2019 est venue confirmer cette ferme volonté du chef de l’Etat à mettre fin à ce climat de violence dans ces deux régions. Les retombées des recommandations de ces assises n’ont pas tardé à se faire voir. Dans le cadre de la nouvelle loi portant Code général des collectivités territoriales décentralisées, les deux régions du Nord-Ouest et du Sud- Ouest bénéficient désormais d’un Statut spécial qui leur permet d’élaborer des politiques publiques dans les domaines de l’éducation et de la justice.

Le Plan présidentiel de Reconstruction et de Développement est une autre grande déclinaison des recommandations de cette importante rencontre. Mais il faut se dire la vérité. La reconstruction ne peut être possible que si chaque partie joue sans tartufferie sa partition. La mise en œuvre de ce qui peut être considéré comme un « Plan Marshall » pour ces deux régions ne peut s’opérer que si la violence et les exactions cessent. Ceux qui ont pris les armes contre leur propre patrie et qui se cachent encore en brousse doivent saisir cette autre belle perche. Afin de permettre à l’Etat et à ses partenaires de tenir leurs promesses.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps