Procès maurice kamto,FESPACO, déscentralisation au cameroun, nord west crisis

Economie

Associations coopératives : l’union qui fait la force

A l’occasion de la journée internationale de ces regroupements demain au Cameroun, leur contribution à l’économie nationale a été rappelée par la tutelle.

L’année dernière, le pointeur classait plus de 2500 coopératives immatriculées. Cela témoignait de la mutation que sont en train d’effectuer ces regroupements. Il y a pourtant d’après le registre des sociétés coopératives 3445 entreprises coopératives et 11208 groupes d’initiative commune (Gic). Demain, comme tous les premiers samedis de juillet, le Cameroun célébrera une nouvelle édition de la journée internationale des coopératives. Le thème retenu cette année est « les coopératives pour l’action climatique » avec pour thème : « La coopérative face aux enjeux de la résilience au changement climatique et engagée dans la durabilité environnementale », en référence à l’objectif de développement 13. Un thème qui comme les autres veut montrer le rôle important des sociétés coopératives pour l’épanouissent des membres et même de la société. «Le mouvement coopératif impacte le développement aussi bien dans les pays industrialisés que dans les pays en développement. C’est donc à juste titre que les entreprises coopératives sont considérées comme capables de contribuer à l’atteinte des ODD en impulsant le développement à la base sur la base d’une organisation des acteurs en entreprise », précise Agnès Messembe Upka, directeur du développement local et communautaire au Minader. Mais cette journée est aussi l’occasion de faire le point de la contribution de ces regroupements à l’économie nationale. Quelques exemples sont convoqués pour étayer cette affirmation. Le réseau des Unions des coopératives de café cacao de l’ouest (UCCAO) qui, d’après Agnès Messembe Upka est une référence du mouvement coopératif au Cameroun. Il y a aussi le réseau des coopératives financières de la partie anglophone du pays (Camccul) qui reste un puissant instrument de la vitalité de la finance de proximité avec une mobilisation de l’épargne locale chiffrée en milliards de F.

Outre ces deux puissants réseaux, il convient de noter les riches expériences des projets de développement exécutés par le Minader et le Minepia qui participent dans les filières de production végétale, animale et halieutique. « L’on peut ainsi citer les coopératives des filières céréalières promues par le Pidma dont certaines développent actuellement de solides relations commerciales avec les acteurs de la brasserie, de la production d’aliments pour animaux et avec le Programme alimentaire mondial », indique Mme Messembe Upka. Il est aussi question d’étendre la formalisation de ces associations, d’où le guide pratique pour l’immatriculation préparé par le ministère de l’Agriculture et du Développement rural.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps