Procès maurice kamto,FESPACO, déscentralisation au cameroun, nord west crisis

Société

Patients guéris : immunité ou pas ?

La communauté scientifique cherche toujours des réponses précises à cette question cruciale à la connaissance du virus

Le Centre des opérations et des urgences de santé publique (Cousp) révèle avoir enregistré des patients déclarés négatifs et testés positifs à nouveau en l’espace de quelque temps. Même si les professionnels de la santé restent dubitatifs sur une possible réinfection ou résurgence de la maladie chez les anciens malades, la vigilance reste donc de mise.

Au niveau de la communauté internationale, la recherche s’active toujours autour de l’immunité post-covid. Mais plusieurs spécialistes semblent pencher pour la seconde hypothèse: les malades seraient toujours porteurs de la maladie. Le virologue américain, Florian Krammer, à la Icahn School of Medecine at Mount Sinai (Etats-Unis) a récemment déclaré dans le New York Times : « Je ne dis pas que la réinfection ne peut pas se produire et ne se produira jamais. Mais dans ce court laps de temps, c’est peu probable. Même la plus légère des infections devrait laisser au moins une immunité à court terme contre le virus chez le patient en convalescence ». Un avis partagé par le Dr Hadja Cherif, infectiologue à l’hôpital général de Yaoundé. « Les anticorps conférés par cette infection ont une capacité protectrice d’un mois », explique-t- elle Elle précise néanmoins que cette capacité protectrice n’est pas la même que celle que l’on obtient avec un vaccin et qu’il est encore tôt pour avoir suffisamment de recul sur la question. Car les recherches autour de la maladie sont encore en étude.

Pour le Dr Benjamen Davido, infectiologue français à l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches (Hauts- de-Seine), a priori, on ne peut pas attraper deux fois le Covid-19 dans un court intervalle, sauf si on est immunodéprimé. Pour lui, « les cas particuliers des patients infectés guéris cliniquement et qui développent à nouveau les symptômes, devraient être à nouveau dépistés. Mais a priori, ils ne la développent pas une seconde fois. Cela peut être dû à un autre virus saisonnier classique, ou encore être une conséquence d’une forme sévère de coronavirus, qui peut provoquer dans un deuxième temps une surinfection pulmonaire ».

Luis Enjuanes, virologue au Centre national espagnol de biotechnologie (CSIC), dans le même sillage, parle de résurgence de la maladie. Selon lui, il ne s’agit pas d’une deuxième infection mais d’un cas de rebondissement du virus. « Mon explication, parmi beaucoup d’autres possibles, est qu’en général ce coronavirus immunise la population, mais la réponse immunitaire n’est pas très forte chez certains individus. Lorsque cette réponse immunitaire ralentit, le virus qui reste dans un certain réservoir du corps revient », dit-il. Conclusion, « un test négatif ne veut pas dire avec certitude qu’il n’y a plus de virus chez cette personne », rappelle Marc Lipsitch, épidémiologiste au Havard TH Chan School of Public Health (Etats-Unis) .

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps