Société

« Nous sommes descendus sur le terrain »

Mohamadou Bassirou, maire de Ngaoundéré III

Quelles sont les actions menées par votre commune contre la Covid 19 ?
Dans le cadre de la lutte contre la pandémie, nous avons choisi de mettre un accent sur la sensibilisation de toutes les mesures barrières. Préconisées par le gouvernement, nous avons dès l’intervention du Premier ministre, chef du gouvernement et surtout après le discours du chef de l’Etat, nous sommes descendus sur le terrain dans le cadre de la mise en application de celles-ci même pour ce qui concerne la désinfection des lieux par exemple. Nous avons jugé qu’il est important  que la population soit imprégnée des dangers de cette pandémie avant même de prendre de dispositions pour éviter de contracter le Coronavirus. Pour ce qui est de la désinfection, elle n’a de place que lorsque des situations surviennent  ou lorsque nous avons des cas de suspicion dans une zone. Néanmoins lorsque la situation s’est avérée criarde avec des premiers cas,  nous avons procédé à la désinfection de tous les lieux publics et partout où nous avons été sollicités notamment dans les établissements scolaires. Et nous le faisons au moins une fois par semaine gratuitement.
Votre commune abrite l’université de Ngaoundéré et de nombreux étudiants ont testés positifs au Covid 19. Depuis lors, comment procédez-vous pour sensibiliser votre population circonscrire la propagation de cette pandémie ?
Les cas recensés et testés positifs dans la zone universitaire depuis la rentrée du second semestre sont pour certains confinés au centre médical d’arrondissement de Dang et de prise en charge. Chaque fois qu’on a été sollicité pour une mesure de désinfection, nous y allons parce que tout le matériel est disponible au niveau de la commune. Mais, nous déplorons et observons un relâchement avec l’assouplissement des mesures barrières au sein de la population. Mais, nous continuons de ventiler les messages de protection de façon permanente parce que c’est notre seule arme. Nous le faisons avec des prospectus à l’appui en utilisant tous les canaux pour atteindre toutes les couches sociales de notre mairie. En sus de cela, la mairie a mis à la disposition de tous les services, des dispositifs pour le lavage des mains. Ceci grâce à l’appui du don gracieusement offert par le chef de l’Etat. Toutes les chefferies, les lieux du culte et à forte concentration humaine, les établissements scolaires ont reçu au moins un de ces dispositifs ?
Avez-vous suffisamment de matériel de protection pour mener ce combat ?
Nous avons également reçu des dons venant de nos élites lors de notre dernier conseil municipal constitués des gels hydro alcoolique, des morceaux de savon et des masques de protection. Ceux-ci ont été distribués aux associations pour atteindre le maximum de personnes possibles. Surtout au sein des regroupements des femmes très souvent oubliés. Concernant cet aspect, c’est le deuxième adjoint qui s’en est occupé en tant que femme. Ce matériel nous a permis de nous rapprocher aussi les étudiants à travers les délégués des facultés qui ont reçu les leur à titre symbolique parce que l’université à 30 000 étudiants. Mais, le maître-mot de notre action demeure la sensibilisation. Ceci parce qu’au départ, on a constaté que se laver les mains n’était pas l’apanage de tous. Pourtant, c’est la solution la plus simple pour préserver notre santé. La population oublie qu’il est d’abord question de préserver leur propre santé. C’est pourquoi, il est de notre devoir de le  leur rappeler et nous n’allons pas nous fatiguer pas de le faire.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps