Lutte contre le terrorisme: réflexion à Dakar

Le 3e forum sur la paix et la sécurité tenu lundi et mardi au Sénégal a porté sur les moyens d’éradication de ce phénomène à travers le continent.

Les portes du Centre de conférence Abdou Diouf de Diamniadio (CICAD) se sont refermées hier au terme de deux jours de réflexion sur le troisième Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique. Placé sur le thème : «l’Afrique face aux défis sécuritaires : regards croisés pour des solutions efficientes», le rendez-vous de la capitale sénégalaise a  porté principalement sur l’approfondissement des analyses de la situation sécuritaire du continent et surtout pour la formulation des réponses adaptées. Réunis autour du président sénégalais, Macky Sall, politiques, militaires, chercheurs, universitaires et responsables de la société civile venus du monde entier ont échangé en ateliers et en plénière sur les méthodes de prévention  et de lutte contre le terrorisme, la radicalisation et l’extrémisme violent. Pas moins de 500 participants se sont mobilisés pour proposer des réponses durables et efficaces nécessaires à l’éradication de ce phénomène. 
Loin d’être une instance de prise de décisions, Dakar 2016 a été avant tout un moment d’échange et de réflexion. Avec la participation du Centre sénégalais des Hautes études de défense et de sécurité, il a donc été question de réfléchir sur comment éradiquer l’extrémisme violent et comment gérer les espaces africains. Rendez-vous stratégique, cette rencontre a permis de réfléchir sur comment éloigner la jeunesse africaine des mirages du jihadisme, de la migration, de la  criminalité transnationale dont elle est victime pour en faire une force au service de la paix et de la sécurité. Le rôle du secteur privé dans la préservation de la paix et de la sécurité a été abordé notamment dans la construction d’un environnement respectueux des besoins des communautés pour un développement durable. 
A l’occasion, Macky Sall a tenu à situer l’utilité de l’éducation, de la formation et de l’emploi en faveur des jeunes. Présentant l’islam comme une religion du juste milieu, il a tenu à faire savoir que la lutte contre la radicalisation est une affaire de tous. «Il n'y a pas de doute que l'extrémisme n’a aucune place en islam», a-t-il souligné. «Une arme peut neutraliser les terroristes, elle peut endommager leur structure, mais il est autrement plus complexe de détruire une idée même fallacieuse et meurtrière», a déclaré auparavant Jean Yves Le Drian, ministre français de la Défense. 
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie