Culture

Distribution des films camerounais : à l’ère du streaming

Les plateformes locales rivalisent de contenus, et proposent des productions en illimité.

Avec plus d’un millier de longs et courts métrages, séries, web-séries, téléfilms, documentaires et feuilletons produits chaque année au Cameroun, l’industrie cinématographique est une niche prolifique pour les plateformes de streaming. Au-delà de la quantité des productions cinématographiques et audiovisuelles, la fermeture des salles de cinéma a aussi été une aubaine pour les distributeurs. Sans oublier la sous-diffusion des films camerounais sur les chaînes de télévision locale. C’est fort de ce constat que sont nées des plateformes de streaming de films camerounais. Notamment, Wouri Tv, Cinaf Tv, Numiaa Tv et très bientôt Divinehills Tv. Sur téléphone, tablettes et ordinateurs, des films locaux sont vus en exclusivité ou après leur avant-première en salle. Le tout en illimité, et où on le souhaite comme le rappelle Patrick Kengne Kamga, Pdg de Wouri Tv. « Paulette Fotsing et moi avons lancé Wouri Tv afin que les producteurs et les réalisateurs camerounais rendent accessibles leurs contenus vidéos aux Camerounais et à la diaspora », a indiqué le Pdg de Wouri Tv. 
La seule amazone de cet univers du streaming, Flavienne Tchatat a les mêmes ambitions. Après avoir fait ses preuves comme actrice, réalisatrice et productrice, celle que le grand public a découvert dans la peau de Ngassa de la série « La reine blanche » d’Ebenezer Kepombia annonce la mise en ligne imminente de son site de streaming. « Divinehills Tv booste mon élan de production et de coproduction, tout en offrant des œuvres de qualité même au-delà de nos frontières », reconnaît Flavienne Tchatat. Pour le réalisateur Djimeli Lekpa, ce sont ses mésaventures avec les distributeurs qui l’ont poussé à créer Numita Tv. « Mes films étaient sous diffusés. Je me suis associé à André Gallo qui a trouvé des actionnaires et ensemble on a fondé la Société africaine des arts et de la culture derrière le projet », confie-t-il.  
Après le marché local, les plateformes de streaming camerounaises s’attaquent au marché africain, en proposant des films et séries en mode free, premium, avec des packs abonnements mensuels, trimestriels, semestriels, annuels et la possibilité d’achat d’un film ou d’une série. La qualité des productions est cependant discutable. La majorité des films produits sont d’un niveau peu apprécié par les professionnels du 7e art. Une situation à parfaire, s’il faut espérer faire trembler dans quelques années, des géants du streaming comme Netflix et Iroko Tv
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps