Economie

Produits alimentaires : la valse des prix

D’après l’Institut national de la Statistique, certaines denrées alimentaires, pour plusieurs raisons, connaissent une inflation dans les marchés.

L’Institut national de la Statistique (Ins) vient de publier des notes portant sur le niveau général des prix dans les marchés au cours du mois de juin dans les villes de Yaoundé et Douala. Un constat se dégage : les prix des produits alimentaires ont connu une hausse. Ainsi, indique l’Ins, « l’augmentation des prix des produits alimentaires résulte surtout du renchérissement des prix du pain et des céréales, des viandes, des sel, épices et sauces, des fruits ainsi que du lait, fromage et œuf. Les prix des légumes quant à eux reculent de 0,6% après avoir augmenté de 5,1% en mai ». S’il y a quelques semaines encore, le poulet était à la portée des toutes les bourses, son prix est en progression de 13,4% après une baisse de 7,2% le mois dernier. Il en est de même pour les prix de certains fruits frais, des tubercules et du plantain qui ne cessent d’augmenter.
A Yaoundé donc, note l’Ins, les produits dont les prix sont assez accessibles sont les légumes frais en fruits ou racine (concombre vert, carotte locale) et des légumes secs et oléagineux (niébé, haricot sec rouge, haricot sec noir). Les prix des agrumes (orange, citron, pamplemousse) et de fruits secs et noix (noix de coco et datte) eux aussi sont accessibles. 
A Douala, la situation est à peu près similaire. On constate aussi la poursuite de la hausse, bien qu’à un rythme moins soutenu. Les prix des produits alimentaires, les articles d’habillement et chaussures, ainsi que de ceux des meubles, articles de ménage et entretien courant du foyer sont concernés. La hausse mensuelle des prix des produits alimentaires a été portée par celle des fruits, des pains et céréales, et des viandes. Là-bas aussi, les prix des légumes, des huiles et graisses ont reculé. Tout comme ceux des poissons et fruits de mer, du sel, épices et sauces. Les prix des fruits ont augmenté, sous l'effet de la hausse des prix des agrumes (orange) ainsi que des fruits secs et noix (noix de coco). Les prix de la tomate fraîche ont drastiquement chuté en raison d’une offre plus importance sur les marchés locaux depuis la fermeture des frontières. Il est à relever que les prix des tubercules et plantain continuent d’augmenter sur les marchés. 
Par rapport à la même période en 2019, le niveau général des prix augmente en juin 2020 de 2,1%, après +2,3% en mai. Cette hausse provient en grande partie de la progression des prix des produits alimentaires, des transports ainsi que des loisirs et culture. A Yaoundé, comparativement à la même période en 2019, le niveau général des prix augmente de 1,9%, après 2,1% en mai 2020. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps