Société

Ngaoundéré : un commerçant tué par des braqueurs

Le nommé Pascal Zoym, a été assassiné à son domicile au quartier joli soir par quatre individus non identifiés dans la nuit de dimanche à lundi, aux alentours de minuit.

Comme dans un rêve, Nadège Zoym est encore sous le choc. Elle n’en revient toujours pas. Son époux, Pascal  Zoym, commerçant à Ngaoundéré n’est plus. Il a été tué par balles dans la nuit de dimanche à lundi 3 août, par des personnes non encore identifiées. A son domicile au quartier Joli soir, c’est la profonde tristesse sur pour son épouse, témoin oculaire de l’horrible scène. La preuve, c’est avec beaucoup de peine qu’elle relate à l’équipe de CT ce qu’elle a vécu cette nuit. D’après son témoignage, quatre individus lourdement armés ont fait irruption dans leur habitation. Ceci après avoir franchi toutes les barrières. En ces lieux, même les trois chiens de la maison réputés très enragés ont été domptés par les malfrats. « J’ai laissé mon mari en train de regarder la télévision au salon. J’ai été réveillé par lui plus tard, pour me signaler la présence des bandits dans la maison », raconte notre interlocutrice. Avant d’ajouter : « lorsqu’ils sont entrés, nous leur avons proposé de l’argent qui se trouvait dans le coffre-fort afin d’avoir la vie sauve. Malheureusement, ils ont refusé la proposition. J’ai insisté à maintes reprises, mais ils n’ont pas cédé. C’est ainsi qu’ils ont décidé de m’enfermer avec les enfants dans la chambre. Lorsque nous sommes ressortis quelques minutes plus tard, ils avaient déjà commis leur forfait. » 
Le corps inerte du commerçant âgé de 40 ans, a été retrouvé gisant dans une mare de sang. A l’observation, les bandits ont tiré à bout portant sur la victime et les balles ont perforé ses poumons. Ces derniers auraient utilisé des coussins pour réduire la détonation  de l’arme à feu. Après leur passage, les coussins et  murs de la maison étaient couverts de sang. Le coffre-fort contenant la somme de 4,3 millions de F a été emporté par les malfrats. Informées, les autorités de la ville ont effectué une descente sur les lieux du drame. En attendant les résultats de l’enquête qui a été ouverte par la division régionale de la police judiciaire de l’Adamaoua, la dépouille de la victime a été placée à la morgue de l’Hôpital régional de Ngaoundéré. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps