Société

Probatoire général : plus de 200 000 candidats à l’épreuve

C’est dans le calme et la sérénité que les postulants ont démarré les épreuves écrites hier dans les centres d’examen du pays.

Fini le temps des révisions. Loin des bords, sous le regard attentif des surveillants, les candidats au probatoire de l’enseignement général du sous-centre du collège François-Xavier Vogt à Yaoundé affichent une concentration maximale ce mercredi matin. Ici, ils sont 920 élèves des séries arabe, chinois et D qui tentent de décrocher ce pass d’entrée en classe de Terminale. « En dehors de six absences enregistrées, l’examen se passe dans le calme et la sérénité. Nous n’oublions pas aussi que le Covid-19 sévit encore. C’est pourquoi nous veillons au respect des mesures barrières », explique le chef de sous-centre, Edmond Fouda. Au collège Saint Benoît, autre sous-centre d’examen, sur 919 candidats enregistrés, cinq n’ont pas répondu à l’appel. Catherine Njeng, chef de centre fait savoir que tout se déroule sans incident. « Les épreuves ont été lancées à 8h. Tous les surveillants sont en place et font bien leur travail. Jusqu’ici tout va bien. Nous souhaitons que l’examen se termine dans cette même ambiance », espère la responsable. 
Pour cette première journée, les candidats des séries C, D, E ont planché sur la chimie et l’informatique puis la physique dans l’après-midi. Ceux des séries A, bilingue (BI), technologie de l’information (TI) ont bravé les épreuves d’histoire et d’informatique théorique. Pour les candidats, les épreuves programmées cette première journée étaient abordables. « L’épreuve de chimie était au niveau d’un élève moyen. C’est ce qu’on a appris en classe qui a été proposé. Les définitions ont été tirées des premiers chapitres des cours. Il fallait juste étudier et suivre les explications de l’enseignant. J’espère que la suite des épreuves sera pareille », a témoigné Valentin Dogmo, candidat au probatoire D. Pour Dorine Abossolo, candidate au probatoire A4 Allemand, tout ne s’est pas passé comme elle l’espérait. « J’ai eu un mauvais départ. Le dernier exercice d’informatique qui était sur six points.  Je m’en suis rendue compte à cinq minutes de la fin de l’épreuve. Je peux dire que j’ai moins six points d’office. Ça commence mal, mais je garde le moral pour la suite », fait savoir la jeune fille. Comme ces candidats, ce sont 204 100 prétendants sur tout le territoire national qui affrontent depuis hier, les épreuves écrites du probatoire de l’enseignement général. Plus précisément, il s’agit des séries A, BI, C, D, E et TI réparties dans 454 sous-centres et 33 sites secondaires.         
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps