Société

« Notre modélisation de la maladie n’est pas encore optimale »

Dr Modeste Gatcho, médecin économiste de santé, chef de l’unité veille, Système de gestion de l’incident au Centre des opérations des urgences de santé publique.

Avec plus de 17 000 cas enregistrés, le Cameroun a-t-il déjà atteint le pic de la pandémie du Covid-19 ?

Au début d’une pandémie, le nombre de nouveaux cas augmente rapidement.  Après, ce nombre  se stabilise pour ensuite décroître en fonction des mesures de santé publique qui sont appliquées. Ainsi, le pic décrit la période de temps pendant laquelle, on assiste à une stabilisation du nombre de nouveaux cas. Pendant cette période il y a une forte pression sur les structures de soin. Au Cameroun actuellement, on ne saurait dire que nous avons atteint le pic de la pandémie, dans la mesure où notre modélisation de la maladie n’est pas encore optimale, de même que la qualité des données déjà recueillies sur la maladie dans notre contexte. Le caractère dynamique des mesures de santé publique avec notamment, l’application des mesures barrières, la réouverture des écoles, universités et bientôt des frontières associées à la qualité des données à améliorer, ne permettent pas d’affirmer si nous avons déjà atteint le pic ou pas. C’est le suivi de l’évolution du nombre de nouveaux cas qui nous permettra d’être un peu plus affirmatif.

Ailleurs, l’on sait par exemple que le pic de la pandémie sera atteint en septembre ou en octobre. Il n’y a aucune visibilité chez nous ?

En l’absence de données issues de la modélisation : les prédictions faites sur l’évolution possible de la pandémie dans le pays et notamment sur l’évolution sur les nouveaux cas, il serait bien hasardeux de le dire.

Comment va-t-on savoir qu’on y est ?

L’on saura qu’on est dans la période du pic lorsque nous allons assister à une stabilisation du nombre de nouveaux cas confirmés sur une certaine période, dans l’hypothèse que l’information sur tous les cas diagnostiqués dans le pays est partagée en temps réel. Ceci en prenant en compte le fait que le parcours thérapeutique des patients Covid-19 est varié. Avec notamment une partie des patients qui se fait diagnostiquer dans les structures de santé privée et dont les données collectées ne sont souvent partagées en temps réel avec le Minsanté.

Lorsqu’une pandémie atteint le pic, généralement qu’est-ce qui suit ?

Après le pic d’une pandémie ou d’une épidémie, dans l’hypothèse que les mesures de santé publique ne changent pas, on assiste à une baisse du nombre de nouveaux cas.

Le Cameroun est-il sur une mauvaise pente avec un nombre de cas aussi élevé ?

On ne saurait le dire dans la mesure c’est la courbe évolutive des nouveaux cas qui indique la dynamique de l’infection et non celle des cas cumulés qui de toute façon est forcément ascendante.  

Avec l’évolution actuelle est-il possible de situer la fin de la pandémie dans le temps ?

On devrait apprendre à vivre avec le Covid-19 dans la mesure où nous apprenons chaque jour de plus en plus de cette pandémie. Les populations doivent continuer à observer les mesures de santé publique, pour prévenir la reprise de l’épidémie.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps