Economie

Route Mora-Dabanga-Kousseri : comment maintenir la circulation

La sécurisation des travaux était également au menu de deux concertations organisées mercredi dernier au ministère des Travaux publics.

Maintenir la circulation sur la section Mora-Dabanga-Kousseri d’une part et sécuriser les travaux d’autre part. Voilà les deux sujets qui ont retenu l’attention lors des deux concertations animées mercredi 5 août dernier par le ministre des Travaux publics. C’était avec des partenaires de la Banque mondiale, puis des responsables du Mintp, du génie militaire, des missions de contrôle et des sous-traitants.  Ces concertations en visioconférence se sont tenues dans le cadre de l’évaluation de ce projet intégrateur de la Cemac qui bénéficie de l’appui financier de la Banque mondiale. En effet, dans l’attente du renouvellement du financement par la BM, il est question de voir comment maintenir la circulation sur ce tronçon, alors que la saison des pluies est annoncée dans le septentrion. 
Pour ce qui est de la praticabilité de la route, Emmanuel Nganou Djoumessi, ministre des Travaux publics a insisté sur le maintien de la circulation et la capitalisation des travaux à effectuer jusqu’en décembre 2020. L’objectif étant d’assurer la circulation des personnes et des biens sur le Corridor Douala-Ndjamena via la section Mora-Dabanga-Kousseri et de capitaliser ces derniers pour la poursuite des travaux de bitumage de cet axe. Sous la coordination du Génie militaire, il sera question pour les trois opérateurs mobilisés en appui et davantage pour leurs équipements, d’effectuer des travaux de traitement des points critiques et de remplacement des buses sur des sections bien identifiées. Aussi, sur la section Mora-Waza, est-il prévu d’intervenir sur un linéaire de près de 70 km et spécifiquement dans les localités de Doublé, Tchakamari, Magdeme et Waza. « Ici, il faudra traiter les nids de poule, poser des buses et aménager les tranchées », indique-t-on au Mintp. La production des granulats indispensables pour la reprise des travaux d’envergure dès le début de la saison sèche est également prévue. Ces travaux seront réalisés par l’entreprise PAC International. Sur l’itinéraire Waza-Sale-Dabanga où le sous-traitant Millenium Immobilier est déployé aux côtés du génie militaire, plusieurs bourbiers identifiés sur 70 km doivent être traités. Sur la section Dabanga-Kousseri (72 km), c’est au sous-traitant Sombti Sarl que revient le traitement de la chaussée dégradée, de la chaussée présentant des signes d’érosion et des nids d’éléphant. Toutes ces entreprises ont deux mois pour boucler ces travaux.
Quant au volet sécurisation des travaux, leG militaire a évoqué la batterie de mesures prises. Il s’agit par exemple du renforcement du dispositif sur les différents sites des travaux, surtout au niveau des sites névralgiques. Etant entendu que la région de l’Extrême-Nord est sujette actuellement aux attaques terroristes. On assure au Mintp que ces opérations seront préfinancement par l’Etat, avant remboursement par la Banque mondiale une fois les fonds mis à disposition. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps