Economie

Coopération Afrique-Banque mondiale et FMI : les gouverneurs en veulent plus

Réunis la semaine dernière, les ambassadeurs du continent au sein de ces deux institutions ont validé un mémorandum à soumettre en octobre prochain.

Le 6 août 2020, les gouverneurs africains du FMI et du Groupe de la Banque mondiale, ont échangé sur le thème « Protéger le capital humain de l'Afrique face au Covid-I9 : sauver des vies, préserver le bien-être, sauvegarder la productivité et l'emploi.» C’était dans le cadre du Caucus africain, organisé cette année de façon virtuelle. Au cours de cette concertation placée sous le très haut patronage de Paul Biya, président de la République du Cameroun, les gouverneurs étaient en quête d’un engagement ferme et d’un soutien supplémentaire du FMI et du groupe de la Banque mondiale dans plusieurs domaines, en complément des efforts collectifs engagés par les pays respectifs du continent. Le plaidoyer est contenu dans la déclaration de Yaoundé, rendue public le 8 août 2020.
Ainsi, pour ce qui est de l’amélioration de l’aide extérieure et de l'efficacité de l'aide pendant la pandémie de Covid-l9, tout en saluant l'augmentation temporaire des limites annuelles d'accès à certaines ressources, notamment pour la réduction de la pauvreté et la croissance les ont souhaité, de la part des deux institutions, plus d’audace dans le renforcement des capacités et des ressources financières des pays en vue de contenir la crise et faire face à ses répercussions économiques. Les deux devraient aussi coordonner étroitement leurs interventions liées à la mise en œuvre des nouvelles politiques sur la dette, en vue d'en assurer l'harmonisation et d'éviter de surcharger les pays avec des listes d'exigences différentes, entre autres. 
Au sujet de l’accroissement de la prestation de services (santé, éducation, eau et protection sociale) les membres du Caucus africain soulignent que le soutien apporté jusqu'ici aux pays africain contribuera à accélérer les efforts d'urgence pour la prévention, la détection et la riposte aux défis de santé publique que pose la pandémie de Covid-19, entre autres. « Forts de ce bon départ, nous demandons instamment au Groupe de la Banque mondiale, en particulier à IFC, de continuer de soutenir le secteur privé, notamment en vue d'améliorer la production nationale d'équipements médicaux, tout en contribuant à la lutte contre l'insécurité alimentaire et nutritionnelle. Nous demandons également à la Banque d'aider les pays à obtenir rapidement des fournitures médicales et alimentaires urgentes », indique la déclaration finale.
La consolidation des politiques macro-budgétaires et de la gouvernance, le renforcement des marchés, du secteur privé et de l’'emploi ont aussi retenu l’attention de cette réunion. Tout comme l’amélioration de la représentation et de la voix de l'Afrique ainsi que de la diversité au sein du FMI et du Groupe de la Banque mondiale. Sur cette dernière question, les gouverneurs estiment que le recrutement de personnel provenant de diverses régions permet au FMI d'améliorer la qualité et l'efficacité de ses politiques et de jouer son rôle qui consiste à donner l'exemple.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps