Sports

Les services rendus ne sont jamais oubliés

Jules Denis Onana, ancien Lion indomptable.

Le chef de l’Etat vient d’octroyer des logements aux 22 Lions indomptables, héros de la Coupe du monde 1990 en Italie. Comment cette nouvelle a-t-elle été reçue au sein du groupe ?

Elle a été accueillie avec joie et profonde reconnaissance. C’est avant tout l’occasion de remercier le chef de l’Etat, parce qu’il a toujours eu une oreille attentive envers les sportifs camerounais, que ce soit en football, volley-ball, ou tout autre sport, mais aussi bien pour les catégories féminine et masculine. Il a agi avec tellement de célérité, que nous ne pouvons que lui être reconnaissants. Pour une demande effectuée en juin dernier, il a réagi quelques semaines plus tard, et favorablement. Le monde sportif va sans doute apprécier ce geste qui est la garantie de ce que les services rendus à la nation ne sont jamais oubliés. On peut attendre, mais au final il y a toujours une récompense, un œil attentif qui suit ce qu’on fait. Ça peut pousser les gens à toujours avoir foi, car quand nous nous battions sur le terrain, nous ne nous attendions pas à un tel retour des choses.

Comment appréciez-vous le timing de la réception de ce don ?

C’est un cadeau du chef de l’Etat que nous recevons avec les deux mains. Dans notre cas, on apprécie ce don encore plus, car notre épopée date peut-être de 30 ans, mais on dirait qu’elle date d’hier. C’est vraiment exceptionnel qu’on s’en souvienne encore 30 ans après et qu’on soit récompensés pour cela. Le temps du chef de l’Etat est bon, et je suis persuadé que le timing de réception de ces logements est le meilleur. La promesse a été faite il y a 30 ans, entre-temps on a perdu des camarades, mais des dispositions ont été prises avec la Société immobilière du Cameroun (SIC) afin que leurs ayants-droit puissent en bénéficier. Parmi eux, il y a le capitaine Stephen Tataw. A travers ce don du chef de l’Etat, ses enfants pourront voir la grandeur de leur père. Ils pourront jouir du fruit de ses efforts. C’est pourquoi j’affirme que c’est le bon moment pour apprécier la valeur de ce geste.

 

  Le constat est souvent négatif quand on regarde l’après-carrière de nombreux sportifs. Comment y remédiez-vous au sein du Collectif créé par la génération 90 pour aider les footballeurs de manière générale ?

Dans le football, je me suis investi depuis mon retour en 2015 au sein du Collectif des anciens Lions indomptables du football (Calif) qui a pour président Bertin Ebwelle, et qui a été créé en 2012. La lettre adressée au chef de l’Etat afin de solliciter ces logements promis, fait partie de l’une de nos actions. L’association essaye de regrouper les joueurs, de s’occuper de leurs problèmes, et ce don du chef de l’Etat est un des résultats du dévouement du Calif. En dehors du Collectif, j’exerce également au sein du Syndicat national des footballeurs camerounais (Synafoc) comme Conseiller spécial du président Gérémi Njitap. Nous essayons d’aider les joueurs actifs à bien mener leur carrière, nous les défendons sur le plan légal, les conseillons sur les projets de carrière et sur la reconversion qui est l’un des gros problèmes des footballeurs. Il leur faut des formations pour leur permettre de se réinsérer plus tard. Les enfants dans les académies sont initiés à d’autres métiers, car le football peut s’arrêter du jour au lendemain. Des statistiques très dures rappellent que seuls 3% des jeunes des académies réussissent une carrière dans le football…

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps