Importations: le temps de la conformité

Les marchandises entrant au Cameroun soumises à un contrôle des normes plus strict dès le 31 août.

 

Le 31 août 2016 est la date de démarrage effectif du Programme d’évaluation de la conformité avant embarquement (Pecae) des marchandises importées en République du Cameroun. L’information est contenue dans un communiqué rendu public récemment par le Minmidt, qui rappelle le décret du Premier ministre fixant les modalités de mise en œuvre du Pecae. En vue de la date susmentionnée, une opération de sensibilisation a été organisée vendredi à Douala par l’Anor (Agence des Normes et de la Qualité) en direction de personnels des Douanes. Une réunion à laquelle ont également pris part la Sgs et Intertek, des partenaires techniques dans la mise en œuvre du Pecae.
Selon le Minmidt, cette « réforme majeure » a pour objectif de renforcer la politique gouvernementale en matière de qualité, afin de garantir la santé et la sécurité des consommateurs, de préserver l’environnement et de protéger l’industrie locale contre des produits et matières premières importés de mauvaise qualité.
A cet effet, l’Anor délivrera désormais des certificats de conformité obligatoires au dédouanement desdites marchandises et lors des activités de contrôle réglementaires ultérieurs. Lesquels certificats seront basés sur les résultats des activités d’évaluation de la conformité des marchandises à destination du Cameroun effectuées par les organismes d’évaluation de la conformité accrédités et dûment mandatés pour la phase-pilote (Sgs et Intertek) qui débute donc à la fin de ce mois.
Rappelons que pour l’instant, les marchandises soumises au Pecae sont celles dont tout ou partie des normes sont rendues d’application obligatoire. Pour cette première phase, 123 produits sont concernés, touchant divers domaines : agro-alimentaire, cosmétique, bâtiments et travaux publics, produits pétroliers… Bon à savoir, toute marchandise importée au Cameroun sans certificat de conformité se verra appliquer une pénalité de 5% du chiffre d’affaires de l’opérateur, ou de 100% du bénéfice net estimé, conformément à la réglementation en vigueur.
Par ailleurs, une inspection à l’arrivée est prévue, réalisée par l’Anor aux frais de l’importateur. Au terme de ce contrôle, les marchandises jugées non-conformes ou dangereuses seront soit détruites, soit recyclées ou déclassées.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie