Commentaires

L’innovation au service de l’enseignement

 L’irruption du covid19 et les ravages provoqués au quotidien n’épargnent aucun secteur  d’activité. Frappé de plein fouet, le monde de l’enseignement plus particulièrement se trouve  face à des nouveaux défis qu’il va falloir surmonter avec lucidité et méthode. De tout temps, l’école a été et demeure une sorte de laboratoire social, un haut lieu par excellence de brassage des enseignants et apprenants d’horizons divers. Dans cet espace où la mixité n’avait d’égale que la promiscuité, il a longtemps régné une espèce d’osmose favorisant l’acquisition et le partage du savoir. L’une des conséquences les plus visibles de la pandémie au Cameroun aura été sans doute la suspension des cours dans la plupart des établissements scolaires avec pour conséquence immédiate le raccourcissement de l’année académique.
 Sur un plan plus global, la pandémie a révélé au grand jour l’énorme fossé numérique qui sépare les nations développés et les pays pauvres. Forts de leur avancée technologiques, les premiers semblent mieux surmonter les contraintes causées par la distanciation en matière d’enseignement. Pour faire face à la propagation du virus, la stratégie à déployer dans le système éducatif repose sur au moins deux volets : d’une part la prévention à travers le respect des mesures barrière et l’assainissement du cadre de travail. D’autre part, l’adoption des techniques innovantes pour favoriser l’enseignement à distance, histoire de réduire au maximum la proximité et le contact physique. La première approche vise à réduire la transmission du virus ainsi que l’impact de la contagion sur les principaux acteurs. Au-delà des précautions déjà connues (port des masques, lavage des mains, distanciation, désinfection des locaux, toilettes…) Il faut envisager l’introduction systématique des nouvelles règles d’hygiène et de salubrité dans les espaces éducatifs. En clair, le fonctionnement des écoles doit prendre plus en considération le facteur risque afin que les écoles et universités ne deviennent pas des nouveaux foyers de propagation, avec le danger que cela représente pour les parents  et surtout les personnes âgées. 
 Même si l’adoption des mesures-barrières tend à tuer l’essence de l’enseignement en tant que vecteur de transmission du Savoir, de nombreux blocages peuvent être surmontées grâce aux multiples applications liées aux TIC. Conscient de l’importance de l’enjeu, le système des Nations Unis à travers l’Unesco préconise de plus en plus l’utilisation des techniques innovantes pour empêcher toute rupture dans la chaine éducative. Grâce à l’enseignement à distance par exemple, l’apprenant et l’encadreur pourront passer, sans trop de secousses, des bancs de l’école ou des amphithéâtres aux écrans d’ordinateurs. Encore faut-il prendre en compte le degré de préparation des établissements scolaires et des enseignants à s’approprier les subtilités de l’enseignement en ligne. La question centrale étant de savoir si les enseignants disposent des compétences techniques et pédagogiques suffisantes pour intégrer les ressources numériques dans leur enseignement. C’est ici que pourrait intervenir le recyclage pour une indispensable remise à niveau. A en croire certaines sources, le Cameroun enregistre déjà quelques avancées en matière de digitalisation de l’enseignement, surtout dans le Supérieur. Pour limiter la propagation du coronavirus et éviter une année blanche, les universités publiques  du pays se sont orientées de plus en plus vers l’arrimage au télé-enseignement et la  télé-recherche. Avec pour ambition de déboucher sur une université totalement numérique dans le sillage de l’université numérique panafricaine. Pour opérer un tel saut qualitatif, il faudrait au préalable que les étudiants soient dotés de supports numériques pour recevoir des cours ainsi que d’autres outils numérisés ainsi que des applications dédiées permettant l’enseignement en ligne. En supposant que les coupures d’électricité soient moins fréquentes et que la connexion internet soit plus fiable. Si toutes les conditions sont réunies, on pourrait vivre une situation paradoxale : alors que le covid19 est parvenu jusqu’ici à maintenir éloignés les maillons de la chaine éducative, les réformes engagées et l’innovation technologique pourraient favoriser une plus grande attractivité de l’école, non dans sa forme classique, mais plutôt dans sa dimension virtuelle rendue plus familière grâce aux merveilleux outils qu’offrent les TIC et les réseaux sociaux.
 


Read also : Une réforme utile

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps