Sud : le cerveau aux petits soins

Une campagne de consultation et de dépistage s’est déroulée à Ebolowa, fin juillet, à la faveur de la semaine nationale consacrée aux maladies liées au cerveau. Les populations de la ville d’Ebolowa et environs ont pris d’assaut le service neurologique de l’hôpital régional. Chaque jour, une moyenne de 30 à 45 patients était reçue. « La maladie cérébrale peut concerner tout le monde, toutes les phases de la vie, peu importe les tranches d’âge, du fœtus au vieillard », explique le Dr Edwige Laure Mendo, neurologue dans cette structure hospitalière. Elle dit avoir consulté à l’occasion des malades au profil divers dont plusieurs cas cliniques au pronostic vital engagé. Pourtant, relève-t-elle, des signes précurseurs pourraient mettre tout individu en alerte. « On peut constater qu’on a des difficultés à s’exprimer, une perte de la vision, des difficultés à bouger un ou plusieurs membres, une déformation du visage, qui se peut se manifester par une déviation de la bouche, des vertiges ou des maux de tête d’installation brusque, il faut immédiatement penser à un accident vasculaire (AVC) », précise-t-elle. 


Read also : Assainissement : le marché de Nyalla bientôt délocalisé

Elles sont légion dans le Sud, les pathologies vasculaires telles que les AVC ou encore des pathologies cérébrales paroxystiques comme les épilepsies, la maladie de Parkinson et bien d’autres. Ces dernières, bien que très cruelles, exigent des gestes simples pour un premier secours. « Il faut faire de l’activité physique régulière, manger sain, éviter l’excès de sucre ou de sel, ou encore d’alcool et même des graisses dans les aliments, et éviter totalement le tabac », a recommandé Dr Edwige Laure Mendo. Dans la région, compte tenu de la pandémie mortelle à Coronavirus, les activités étaient plus concentrées sur la sensibilisation à travers les médias. Le groupe Brain Research Africa Initiative (Brain), une association internationale basée au Cameroun et en Suisse qui réunit en son sein des chercheurs dans le domaine des neurosciences, a étendu cette célébration dans les régions, sous le concept : « Brain week in Cameroon », qui est à sa deuxième édition cette année.


Read also : Motos-taxis : l’heure de l’assainissement a sonné

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category