Société

Recrutement spécial à la fonction publique : bilan satisfaisant

Au terme de l’initiative instruite par le chef de l’Etat visant à recruter des auditeurs de justice et des élèves greffiers, le Minfopra a fait le point hier à Buea dans le Sud-Ouest.

Buea, ville touristique et sportive où se dresse majestueusement le Mont Cameroun était à l’honneur hier. Le chef-lieu de la région du Sud-Ouest bien qu’en proie à l’instabilité sécuritaire, a accueilli le ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative. Joseph LE, à la tête d’une forte délégation en a profité pour faire le bilan de l’opération de recrutement spécial des personnels judiciaires d’expression anglaise pour les cours d’appel du Nord-Ouest et du Sud- Ouest au Paliamentarian Hotel de Buea. Y prenaient part, le gouverneur de la région, Bernard Okalia Bilai, le directeur général de l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (Enam), Bertrand Pierre Soumbou Angoula et d’autres sommités de la région.

La deuxième promotion de ce recrutement spécial ac- tuellement en stage à la cour d’appel était également de la partie. De cette opération de recrutement spécial de 200 auditeurs de justice et de 120 élèves greffiers pour les exercices 2017-2020, instruite par le chef de l’Etat, le Minfopra retient un bilan élogieux, en sa qualité de président ad-hoc de la Commission de ce recrutement spécial.

Selon Joseph LE, aucun incident n’a été déploré au cours des quatre années qu’aura duré ce recrutement spécial. Dans cet intervalle, 6 344 candidats ont pris part aux épreuves écrites des concours des auditeurs de justice et élèves greffiers d’expression anglaise à l’Enam. A raison de 50 auditeurs de justice et de 30 élèves greffiers par an. Et compte tenu du caractère spécial de ce recrutement, quatre centres d’examen ont été retenus, à savoir : Bamenda, Buea, Garoua et Yaoundé. L’objectif visé était de rapprocher les sites d’examen des candidats et de limiter tout risque pouvant entraver leur sérénité. Occasion pour Joseph LE de confier que le corps judiciaire camerounais vient d’enregistrer ses 50 premiers magistrats, formés au Cameroun et spécialisés dans le Common Law. Parmi eux les lauréats de la première promotion, recrutés en 2017.

Pour le Minfopra, « c'est une autre preuve de la volonté et de la ferme détermination du président de la République, son Excellence Paul Biya à moderniser non seulement notre système judiciaire, mais de façon globale, notre administration publique ». Les candidats des promotions 2018 et 2019, ceux -ci sont en cours de formation. Tandis que ceux de la cuvée 2020 devront débuter leur formation dans les prochains jours. L’opération de ce recrutement spécial sur instruction présidentielle en 2017 rentrait dans le cadre de la prise en compte des préoccupations émises par certains avocats d’expression anglaisse dans la perspective de la résolution de la crise dans les régions du Nord-Ouest et du Sud- Ouest. Cette visite de travail a permis aux auditeurs de justice et élèves greffiers en formation d'avoir un moment d'échanges avec le Minfopra ». Le ministre n'a pas manqué de leur prodiguer des conseils pour leur réussite professionnelle. Autour des lauréats d'être à la hauteur des attentes ayant motivé leur recrutement .

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps